Articles

Affichage des articles du septembre, 2021

Flot

Je me propose de suivre un cycle saisonnier.  Je m’appuie sur la structure du billet du 22 juin, j’essaie d'en conserver l'esprit et je poursuis aujourd’hui.   22 juin L’été s’immisce.  Une pause s’intercale   Flairant l'interstice   L'échappée s'installe   Sans plus d'indices   Embarquement pour l'abyssal...   Rien que l'imperceptible,   Continent sans dérive   Accoster au probable, au possible   Mer aux couleurs vives   L'invisible comme cible    Ce qui nous amène au ...   28 septembre  L’automne s’infiltre Où s’effiloche l'estival   Fleurant l’intervalle   Les brumes s’immiscent   Tracent les contours incertains   Des fraîcheurs matinales Sentiers esquissés de flaques Une forêt surgit jaune vif   Senteurs rousses inaudibles   Accoster à la bruine plausible   Embarquement de nuages   La lumière se teinte de gris   La mer renâcle et remise   L’indicible l'immobile Rendus au vent   Mise à jour 02/10 avec la production de Paula l

Fraternel

Image
Très écouté et apprécié depuis la fin des années 70 et début des  80. Vu une fois seulement hélas en spectacle : inoubliable. Une balise poétique et acoustique à tout jamais.  Julos Beaucarne c'était un peu un laboratoire poético-humaniste à lui tout seul.  Unique. Je m'étais procuré son recueil "'J'ai 20 ans de chansons" je l'ai toujours, bien sûr, posé à côté du coffret de l'intégrale discographique 1967-1987.    En fin de billet "Pointe aux Anglais" sans doute ma chanson préférée. Merci Julos.    

Fil

Image
  Découvert il y a quelques années.  J'ai eu la chance d'assister à la médiathèque à un spectacle texte-musique basé sur ses histoires ( notamment le recueil "Les boîtes à mots") où l'on retrouvait bien la magie de l'auteur uruguayen. Les voix du temps (aux éditions LUX que je vous recommande) sont toujours à portée de main, jamais loin, et je peux m'abreuver d'une ou plusieurs nouvelles quand l'envie me prend.  Fil est le titre que j'ai choisi pour le billet présentant la nouvelle, félicité aurait pu être celui du sentiment et du plaisir de lecteur !

Fables ?

Image
 

Futur

Image
Le futur diffractif commence seulement aujourd'hui.    Des messages m'ont gentiment rappelé à mes... devoirs ?  Oh, je n'ai pas exactement fait l'école buissonnière, non, j'ai simplement et seulement été très occupé ailleurs et dehors !   La "saison" qui s'ouvre sera celle des titres en F, la précédente était celle des I, une règle apparue au hasard en totale improvisation et que j'ai souhaité poursuivre en épelant le titre du blog. J'aime profondément ces règles absurdes.  Dois-je y voir par ailleurs une intention inconsciente de pédigrée, et donc finalement est-ce que ce blog est un chien ? J'avais laissé de la musique fin juin, je pense compléter, prolonger la liste occasionnellement, un billet en sera l'objet si c'est le cas. Cet été fut classique, il n'a rien eu de particulier, je veux dire d'inhabituel en dehors de la situation générale, ou de la météo très variable.  J'ai mâchonné le temps. C'est bien.   Deux