Articles

Affichage des articles du mai, 2017

Déambuler

Image
Une journée Trois moments Trois images

HF ou FH

Image
L'histoire : Mardi dernier, atelier d'écriture. Nous étions un groupe de 12. Collecte de mots, un puis deux ou trois, que nous écrivons sur un tableau. Tableau plein, quelques improvisations orales, une chacun... Et puis feuille(s) de papier, stylo, écrire... Ecrire le flot, en prélevant le matériau au tableau.  Après cela, sélectionner, puis organiser son écrit sur une feuille de couleur pliée en trois. Recto-verso, 6 faces. 1 face couverture, 3 faces ou pages texte, 1 face "résumé" ou 4e de couverture, 1 face "Biographie de l'auteur" ... Et se nicher, plus ou moins, jouer ou pas avec les contraintes... Ce qui donne :  

Les temps qui

Par les temps qui courent, On aimerait qu’ils trottinent Se gardent d’accélérer Comme pour se carapater Particules empoussiérées secouées En partance pour cavaler Par les temps qui courent On verrait d’un drôle d’œil Que les secondes prennent leurs jambes À l’heure coup d’horloge Et courent les rues Comme les dératés pour finir premiers Par les temps qui courent, Si les aiguilles des montres piquent un cent mètre Qu’elles le rendent On comprendrait mal Qu’un vent violent fende l’air Et se propage vif comme une rumeur Par les temps qui courent, Non le temps qui passe Va déjà bon train Il se rue dans l’étang dans les champs   Il piétine la sieste des vaches Charente et Poitou qui s’ébrouent   Par les temps qui courent, Que le quart d’heure qui vient Prenne son temps Qu’il ne presse pas le pas Et les chronomètres pourront marquer Un temps d’arrêt Par les temps qui courent, Que le calendrier qui file se défile D

Un certain 7 mai

Image
Le 7 mai 2016 nous étions loin de penser au suivant ... Et pour cause. TETE  EN L’AIR Une déambulation aéronautique  ou... un rêve éveillé       I. En bas Départ de Paris Trajet en voiture jusqu’à l’aérodrome Des musiques me traversent le Spirit of St-Louis Higelin de Paris /New-York New-York/ Paris A son aéroplane blindé Et c’est bon signe Bashung se prend pour le vent Il nous souffle Qu’à l’arrière des berlines Ça trépigne Mais… Redescendons sur terre Nous entrons hangar Le Plessis Belleville Le grand oiseau va sortir (Penser à prendre des photos) C’est tranquille il fait beau les amis Ça va marcher, obligé On n’a pas de plan B Juste un biplan, mais lequel ! Faut chausser casque et lunettes Nous enfilons nos vêtements Coupe vent Et nos visages d’enfant On s’installe ça va partir c’est sûr Bouclez-là Ceinture !