Fraternel

Très écouté et apprécié depuis la fin des années 70 et début des  80.

Vu une fois seulement hélas en spectacle : inoubliable.

Une balise poétique et acoustique à tout jamais. 

Julos Beaucarne c'était un peu un laboratoire poético-humaniste à lui tout seul. 

Unique.

Je m'étais procuré son recueil "'J'ai 20 ans de chansons" je l'ai toujours, bien sûr, posé à côté du coffret de l'intégrale discographique 1967-1987. 

 







En fin de billet "Pointe aux Anglais" sans doute ma chanson préférée.

Merci Julos.

 









 



Commentaires

  1. Damned. Je suis inculte. Je ne connaissais pas du tout. Et pourtant, il y a tant à raconter. Merci pour la découverte. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  2. Mais je n'arrive pas à laisser un commentaire. :-(

    RépondreSupprimer
  3. Il aimait les gens, surtout, et puis les arbres, sa poésie et ses musiques simples, toujours nous touchent.
    Je ne l'ai vu qu'une seule fois moi aussi, étudiante en Belgique dans les années '70. ET je l'ai suivi après en pointillé, de l'île.
    Mais alors cette chanson Pointe aux anglais je ne la connaissais pas, tiens, je vais la réécouter.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je me doutais bien que Julos ne t'était pas inconnu ;-)
      Quant à cette chanson, d'une grand tendresse et attention aux lieux et aux personnes, elle est tirée de l'album "Le Vélo volant", un disque que je trouve très réussi, mais les autres morceaux sont très bien aussi !

      Supprimer
  4. Merci de lui rendre hommage, K.
    Dans mon exemplaire de "Ecrit pour vous" (1975), des signets çà et là, des pages qui se détachent.
    Je lis :
    "il est dit quelque part en des carnets de notes
    le hasard et la fête des rencontres soudaines"
    Et aussi :
    "dans le bruit des villes
    il y a des fleurs de silence"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous en prie chère Tania ! Merci pour les extraits.
      Je connaissais l'existence de "Écrit pour vous" mais je ne me le suis jamais procuré. Peut-être est-il temps.
      A bientôt.

      Supprimer
  5. C'est touchant de le voir salué ici, ce doux discret chanteur qui tenait le monde dans une guitare et des chansons. Merci K.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manière de rendre un peu ce qu'il a tant donné ! Merci cher Christw.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire