Fil




 

Découvert il y a quelques années. 

J'ai eu la chance d'assister à la médiathèque à un spectacle texte-musique basé sur ses histoires ( notamment le recueil "Les boîtes à mots") où l'on retrouvait bien la magie de l'auteur uruguayen.

Les voix du temps (aux éditions LUX que je vous recommande) sont toujours à portée de main, jamais loin, et je peux m'abreuver d'une ou plusieurs nouvelles quand l'envie me prend. 

Fil est le titre que j'ai choisi pour le billet présentant la nouvelle, félicité aurait pu être celui du sentiment et du plaisir de lecteur !

Commentaires

  1. Merci pour ce texte en ligne. Dès demain je vais chercher les voix du temps chez mon libraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très diversifié et, dans l'esprit, si j'en crois ce que vous publiez, je pense que le fond et la forme vous plairont ! Bonnes lectures.

      Supprimer
  2. Les amours épistolaires ne tiennent qu'à un fil.celui de l'imagination.
    Ùn peu comme la relation Taulier /lecteurs... Et si K était un algorithme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un excellent résumé chère Paula. Ce qui ne me surprend pas.
      Par contre c'est bien la première fois que -potentiellement- je suis qualifié d'algorithme ;-)

      Supprimer
  3. Un délice à lire ce texte de Galeano, merveilleux Galeano ! En espagnol le titre est: Bouches du temps...que je n'ai pas encore lu. Vite, vite des histoires. Merci.

    De fait Juan Ramón Jimenez était très très timide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo. Tu sembles indiquer, alors que je ne l'avais pas décelé, qu'il y a un fond de vérité ou de réalité dans cette histoire.
      Je suis allé voir pour Juan Ramón Jimenez, effectivement il a été en sanatorium...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire