Insister

Mercredi, c’est le jour de la deuxième phase.

Nous voici rassemblés, les stylos plumes ou à bille sont prêts.

Le groupe d’apprentis poètes est plus important aujourd’hui, il y a de nouvelles têtes, et nous continuons à partir de ce qui a été laissé en friche samedi dernier.

Si l’écriture est individuelle, sur le même principe que samedi dernier, la production est collective.

Sur plusieurs plans.

C’est un échange d’idées, d’impressions, il y a des propositions qui accrochent d’emblée, d’autres non, ou qu’on teste et met de côté, en attente, ou qu’on écarte…

On argumente, on propose. C’est le dernier temps et il faut avoir fini !

On avance, et une accroche se dessine, qu’il faut compléter.

Je cale sur un mot (exauce) qui n’est pas dans ma géographie mentale.

Pas grave.

Il est intéressant de percevoir, en écoutant les productions et les interventions, ce que chacun met « derrière » ou « dans » le mot poésie.

Je suis sûr qu’en creusant on retrouverait des débat sur le fond, la forme, des approches plus ou moins ouvertes, plus ou moins libres...

Il faut réussir à relier l’individuel et le collectif, et ce qui touche l’un ou l’une ne rencontre pas les autres. On prend, on laisse, on arrange, on assemble…

En fait je pense qu’à tous les sens du terme, dans cette situation collective – et c’est aussi pourquoi cela fait tant de bien à la vie -on compose.


Tiens aujourd’hui je vous livre les mots que j’avais retenus à la lecture :



Commentaires

  1. Ah composer et... disposer, le bonheur. Des mots qui donnent envie d'en rencontrer d'autres ;)

    RépondreSupprimer
  2. Des passionnés de poésie, belle compagnie sous votre œil bienveillant ! Je ne doute pas que le jeu en vaille la chandelle.

    RépondreSupprimer
  3. Relier l’individuel et le collectif est une gageure dans la vie, quelque chose me dit qu’en poésie c’est plus riche, ludique et souple et… bienveillant. 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet chère Colo. Sans doute un point d'équilibre à trouver !

      Supprimer
  4. Relier l'individuel et le collectif est souvent complexe dans la vie, quelque chose me dit qu'en poésie c'est plus fluide, fraternel.
    Je ne te cache pas que j'aimerais beaucoup être là, composer avec d'autres plumes inspirées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, composer entre plumes, bonne idée !

      Supprimer
    2. oh...le premier commentaire était quand même passé..."on" m'avait trompée donc :-)))
      Merci d'avoir répondu aux deux alors.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire