Investigation

En cette affaire embrouillée, le privé, enquête de sens, filait une métaphore.

Sans quitter le banc des yeux, en planque devant un bouchon, il s’efforçait de tenir le liège. Il avait déjà échafaudé un autre flan d’attaque, et avec un suspect récalcitron c’était un zeste de précaution. Comment parvenir assez fin ?

Il avait voulu baigner la girafe. Mauvais plan, il aurait dû penser aux gestes carrière. Un peu comme pour les blagues panthère, trop incorrect, un humour noir à éviter. La montée des zoos, ça va vite, on panique, on peut écraser un connard à l’orange. 

De leurs côtés, le suspect réfléchissaient. 

Oui, le schizophrène ne se retournaient pas, comme s’il avait peur de son nombre. Le guide Maupassant n’avait été d’aucune aide, aucun Horla là. Ni loi. Ni foie gras. Pour lui, la voix de son maître, c’était de la pâtée macronie.

Enfin, on localisa le corps du délire, non loin d’une charpente maritime. Ce n’était autre que Guillaume le concurrent, un homme pourtant averti en vaudou.

Oh, les secours étaient déjà las. Une bouée d’oxygène flottait près du noyé.  Le sauveteur jura comme un charcutier. A l’impassible nul n’est tenu.

C'était trop tard. Échec, une fois de plus, un vrai râteau de la méduse. 

C’était toujours pour lui la quadrature du siècle, une vaine démarche jusqu’au bout triste que les seuls pleureurs comprennent. 

Alors seulement, il retira sa cotte de paille.

 

Commentaires

  1. Bien, cette "enquête de sens", vous vous y connaissez en investigation de liens d'écriture entre mots et d'expressions ;)
    Cette "pâtée macronie" m'a fait sourire, de même que le râteau de la méduse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Parfois c'est la pâtée qui nous est servie qui méduse !

      Supprimer
  2. Pas triste du tout, cette investidivagation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania, avec une belle réponse appropriée !

      Supprimer
  3. Très drôle, très élaboré. La pâtée macronie, j'ai pas compris tout de suite. Je te souhaite une soyeuse fin d'apnée mais je crains que l'on ne respire pas de Citeaux (ni de Cluny d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, oui ça risque fort d'être pas tout de suite... au son du... sitar

      Supprimer
  4. On se fend la poire sans retenue (à la source) !
    Taulière hilare

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, chère Taulière, se fendre la poire ça met un peu de concorde !

      Supprimer
  5. Tout sauf impassible en te lisant, même mon café matinal est secoué de rire.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  6. Quelle imagination mon cher. De petites pépites comme "le râteau de la méduse". Et toutes les autres. Et je retiens quand même, pour cette année 2020, les "gestes carrière". Bises et douces journées jusqu'à la fin de cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère ;-)
      A très bientôt Damalpine, vous le valais bien ... je sors ;-)

      Supprimer
  7. Cuisine de choix en cette fin d'année mémorable,
    merci et bravo pour cette belle page d'esprit et de rire .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère amie, des tas d'esprit à sourire de rire ;-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire