Inanimés...

C'était il y a quelque trois ou quatre ans, un enchaînement nous a conduit, un camarade de longue date et moi, à ce que vous allez trouver ici aujourd'hui. 
J'en mets en ligne des extraits seulement.  

Au départ, dans ma boîte aux lettres, la réception de cette carte postale : 

 

 
J'en transmets une copie à mon pote.
 
Immanquablement, chez lui et chez moi, le lien s'opère bien sûr avec la célèbre série des "Martine" version parodique qui semble devenue sur la toile une sorte d'incontournable souvent trash et incorrect. 
Par exemple :
 

 
 
C'est à ce point que les rouages respectifs de nos cerveaux s'enclenchent et que, au texte et au dessin, une idée germe, qui reprend l'inspiration de notre immense poète national spécialiste des lacs de montagne. 
Ainsi apparaît un possible personnage -dont le prénom qui n'est pas Alphonse est vite trouvé - dont l'activité est essentiellement ménagère, qui lorgne et peut rappeler Raymonde du côté des Bidochon, et qui ressemble à ça : 


 (c) tous droits réservés
 
 

Un abécédaire suivra objet par objet.  Textes et dessins continueront à se croiser. 

La dernière touche que j'y ai mise à l'époque vous permet de retrouver les objets utilisés.

 

ôde à La Martine

 

Toujours à fond les machines

Au four et au moulin farine

Ça turbine

 

Elle, c’est les brèves de bassine 

Elle patine pas dans la margarine

Elle en fait pas des tartines

 

Dégagez les rustines

Virez l’aspirine

Tirant de ses pieds toutes les épines

C’est pas le poète qu’elle assassine

 

C’est la poussière qu’elle extermine 

La Martine


 

Écoutant le poète inspirateur

Elle empoigne l’aspirateur

    Sans gants ni peignoir

    Elle veut vider la baignoire

Si dit qu’INRI c’est pas triste

Car Henri rit d’INRI le Christ

    Elle vérifie que coreligionnaire

    C’est toujours dans le dictionnaire

Au plafond tes conseils de chapelle,

(pense-t-elle) Fais-nous la courte, échelle

    Parfois le compotier fait du bruit

    Tel Salomon se fendre la poire porte ses fruits

En cherchant quelque ésotérique guérison

Le plus spirituel, de loin, c’est le guéridon

    Elle fait un nœud à son mouchoir

    Pour se souvenir -olé- des exploits du hachoir

Et prend note justement

De LA dépendance des instruments

    Elle convient que ce n’est pas la faconde

    -Y a pas photo- qui caractérise la Joconde

Facteur champêtre ou garde gendarme, besoin de répit ?

Elle finit par se mélanger sérieusement les képis

    Elle n’ira pas gloser sur le Bateau ivre

    En ce cas-là toutes les choses ont une fin, dit le livre

L’heure d’été elle est pas contre

Mais pas question de jouer la montre

    Elle oublie parfois de relever le Martin

    Vitrifié à sa brouette en nain de jardin

Tournevis et forme de vis pas assortis ? elle l’emboutit

Qu’importe si on frise le vis de forme question outils

    Elle préserve d’un œil protecteur

    Les siens d’un mauvais coup du projecteur

Elle n’a pas exactement toutes les billes

Sur l’étrange sexualité des quilles

    Est-il vraiment réparateur son sommeil

    Quand elle fracasse le réveil ?

Elle tombe sans délai sur le râble

De ceux qui piétinent les règles du scrabble

    Elle ausculte la presse devant la fenêtre

    Pour servir d’arbitre aux thermomètres

Et ne s’inquiète pas de se faire traiter de fossile

Par la folle danse des ustensiles

    Avec son chien au nom d’occase

    Ça passe ou ça casse, et valse le vase

Elle calcule sur les conseils éclairés de son cabinet

E = WC2 et va voir si c’est resté allumé aux vécés

    Pas demain la veille qu’elle reçoive au téléphone

    Un coup de Phil pour son xylophone

Elle ne se retire pas en concile sous sa yourte

Pour déjouer les attentats terroristes au yaourt

    Non, elle époussette les haricots et les nigauds célèbres

    Qui font les malins, les drôles de zèbres.

 

 

 

 
 

Commentaires

  1. Martine dans sa cuisine
    Est plus efficace que Lamartine et son spleen.

    J'eusse préféré une Martine roulant en Aston,
    martine
    Loin de Pénelope et de sa bobine
    Attendant son Ulysse de banlieue (copyright GB)
    Une Martine diva
    une Maryline divine
    Une maniaque de la guillotine
    Que sais-je encore..
    Une Martine ballerine
    Exploratrice d'èpaules
    Spécialiste de la Chine
    Empoisonneuse à la strichnine
    Libre la Martine
    Et hors de sa cuisine !









    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle met de la magie, mine de rien ,dans tout ce qu'elle fait
      Elle a le sourire facile, même pour les imbéciles
      Elle s'amuse bien, Elle n'tombe jamais dans les pièges
      Elle n'se laisse pas étourdir par les néons du ménage

      Elle est libre Martine
      Elle est libre Martine
      Elle est ... libertine
      Y'en a même qui disent qu'ils l'ont vu voler en Iliouchine
      Elle est libre
      Martine

      ;-)

      Supprimer
  2. Martine travaille plus pour gagner plus, une stakhanoviste sarkoziste ?
    Ah, le poème qui évoque le poète inspirateur provoque chez moi des aspirations d'idées. Bon je vais sur le chemin du guéridon dès ce soir, pour devenir, spirituel. Quant aux exploits du hachoir, il nous font trembler la faconde et pas que...
    Un très beau cabinet le E = WC2, j'imagine, ça s'achète où pour rire un peu en ce lieu de solitude ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vous lire l'âme de ces objets amène donc un supplément !

      Supprimer
  3. Balayer les haricots, voilà une tâche,
    ni à la plage
    ni à la montage,
    hors cuisine, of course,
    s'interroge-t-elle sur la sexualité de ces légumineuses
    dans son potager plein de vers ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je fais confiance à La Martine que je ne cantonne pas à la cantine ;-)

      Supprimer
  4. J'adorais Martine et Moustache
    La rime pauvre fait tache
    J'aime les abécédaires
    qui font pousser des commentaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien joué, voilà comment mettre la main à la tâche !!!

      Supprimer
  5. 1
    Du temps que dans le Val-de-Marne
    On disait encore "Le Bry"
    Elle qui voulait que 35 heures on marne
    Elle y vivait, la Martine, au Bry

    2
    Pourquoi Martina Stoessel s'appelle aussi Tini ?
    Elle en buvait, du Martini ?
    Et pourquoi, du même pays, Martino
    Etait surnommé Tata ?

    Et que dire du plus bébé de tous,
    Le jeune et beau musicien Martinus ?
    D'ailleurs, Martine...
    - Ah, la ferme !

    Taulière en ma(r)tinée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Top !
      Quand la Taulière trouve la martin(e)gale !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire