Z comme Zoom

On va se fendre de quelques idées pour l'été ...


Conseils de lecture …

La gare de Troyes n’aura pas d‘yeux /Jean Giraudoux
Les tranchées /Albert Camus
A la recherche du gant perdu /Marcel Proust
Le petit grince /Saint-Exupéry
Pour Keaton le glas /Ernest Hemingway
La main de lady Chatterley /DH Lawrence
Sous le sommeil de Satan / Georges Bernanos
Capitale de la couleur /Paul Eluard
La codification /Michel Butor
Frictions / Jorge Luis Borges
Don qui choque /Cervantes
Le Fruit et l’assureur /William Faulkner
Une maison de loupée / Henrik Ibsen
Les voyages de Gullété /de Swift

Et si vous tombez sur ces affiches, courez-y : 

Le frein sifflera trois fois / Fred Cineman
Les dix commencements / Cecil B De Cent

Une liste que vous pouvez compléter si vous le souhaitez, je me ferai un plaisir d'ajouter vos recommandations. 

22 juin 
Les conseils d'Eeguab :
Au programme pour moi

 Le mec gris / Alberto Moravia
Mords la Denise / Thomas Mann
Le marron perché / Italo Calvino
Le bord, là / Guy de Maupassant
Le premier rat gros coûte 200 francs / Elsa Triolet
Les pochards célestes / Jack Kerouac

23 juin
Deux conseils "anonymes"...
Nous veulent-ils vraiment du bien ?

;-)

"L'été rapatrié" / Sébastien Japrisot
"Le roman de la phobie" /Théophile Gautier

23 juin, suite
Dans la collection « Les danses d’hier » : « Olivier twiste », de Charles Kidance

Poches classiques :
"L’Arrosée" (Sartre)
« Mère Ginal », « T’as l’air », « Hanane » et « L’âme au soir » (Zola)
« Les allusions prévues » et « Glandeurs et viscères des poules faisanes » (chefs-d’œuvre balzaciens)

Domaine étranger :
La geste des dindes (Steinbeck)
Père est gay (Tolstoï)

Au cinéma on peut revoir :
« Il ne faut pas rendre cent francs au bon vieux pour les connards sauvages » (Audiard)
Trilogie « Le baigneur Cinzano », (Peter Jackson d’après le roman de Tolkien)

Enfin, authentique cette fois : à la fin des années 90 il existait, dans une petite zone industrielle au nord de Roanne (Mably, crois-je me souvenir) une boîte qui fabriquait et installait des enseignes lumineuses, et dont le nom s’étalait fièrement au fronton du hangar : « Les lettres et le néon ». Un artisan lettré et éclairé, pour sûr !

Bel été, tout le monde !
La Taulière d'ici.. 


24 juin  
les conseils de Paula 

De Dostoievski "Crèmes et chat qui ment".
De Voltaire "Candide Crush" ,
De Buzzatti, "Le dessert des tartes à Ré" vous assureront un été sucré. 

Du bonus ? (K )

Le Cidre / Corneille
Le mal a dix mages inertes /Molière
Les frères qu’Amara sauve /Dostoievski
Le rouget le noie  /Stendahl
La Peau de chat grince /Balzac
Légumes des jours / Maurice Vian

Commentaires

  1. Au programme pour moi
    Le mec gris / Alberto Moravia
    Mords la Denise / Thomas Mann
    Le marron perché / Italo Calvino
    Le bord, là / Guy de Maupassant
    Le premier rat gros coûte 200 francs / Elsa Triolet
    Les pochards célestes / Jack Kerouac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout un programme !
      Merci d'avoir joué le jeu ;-)

      Supprimer
  2. De l'influence du coronavirus sur les titres ? Samedi je suis allée à Cabourg et je n'ai pas vu le gant perdu de Marcel. Hier j'ai ouvert "l'été rapatrié" / Sebastien Japrisot, et je me suis aussitôt endormie, de même qu'en ouvrant, avant-hier, "le roman de la phobie" /Téophile Gautier !

    RépondreSupprimer
  3. Précédent commentaire perdu dans l'éther, je renouvelle :

    A mon tour d’ajouter quelques titres à cette belle bibliothèque de l’été :

    Dans la collection « Les danses d’hier » : « Olivier twiste », de Charles Kidance

    Poches classiques :
    "L’Arrosée" (Sartre)
    « Mère Ginal », « T’as l’air », « Hanane » et « L’âme au soir » (Zola)
    « Les allusions prévues » et « Glandeurs et viscères des poules faisanes » (chefs-d’œuvre balzaciens)

    Domaine étranger :
    La geste des dindes (Steinbeck)
    Père est gay (Tolstoï)

    Au cinéma on peut revoir :
    « Il ne faut pas rendre cent francs au bon vieux pour les connards sauvages » (Audiard)
    Trilogie « Le baigneur Cinzano », (Peter Jackson d’après le roman de Tolkien)

    Enfin, authentique cette fois : à la fin des années 90 il existait, dans une petite zone industrielle au nord de Roanne (Mably, crois-je me souvenir) une boîte qui fabriquait et installait des enseignes lumineuses, et dont le nom s’étalait fièrement au fronton du hangar : « Les lettres et le néon ». Un artisan lettré et éclairé, pour sûr !

    Bel été, tout le monde !
    La Taulière d'ici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Taulière, on a de quoi faire et l'anecdote en prime !

      Supprimer
  4. De Dostoievski "Crèmes et chat qui ment". "Candide Crush" de Voltaire", de Buzati "le dessert des tartes à Ré" vous assureront un été sucré.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire