Impromptus 3 bis

Lui était spécialisé dans les biographies, elle était romancière. Pierre. Rita.  Ils avaient habité là trente et un ans.  Le voisinage s’en souvenait. Deux tempéraments volcaniques. Pour un oui ou pour un non, ils s’envoyaient allègrement la vaisselle à la figure, ou tout autre objet à portée. Y compris leurs propres livres. Les portes claquaient, les volets ne fermaient plus. Parfois quelques hurlements de colère se mêlaient au vacarme.
Pierre et Rita étaient de véritables esprits frappeurs vivants. On ignore ce qui les faisait monter sur leurs grands chevaux. On ne sait pas non plus quelle alchimie les rendait inséparables.
Quand, sur leurs vieux jours, on les vit de moins en moins, et même plus du tout, cela dura encore quelques années : les bruits et les coups, les cris et les fracas.  
Jusqu’au jour où, la bâtisse se délabrant sérieusement, elle finit par s’effondrer.

Lorsqu’il allait rendre visite à sa belle-sœur, Henri Plotte passait en chemin près d’une sorte de champ de ruines, apparu il y a peu. Il n’y prêtait guère attention, et ne semblait pas le seul, tout en supposant qu’à cet endroit un nouveau bâtiment verrait bientôt le jour.  
Pris par ses pensées comme on peut l’être sur un parcours routinier, Henri n’aurait su dire exactement quand ce chantier était apparu.     
Ce jour-là, son œil fut attiré par un morceau de métal tordu qui brillait au soleil et dépassait légèrement du tas de gravats.
Henri se pencha et remarqua qu’il s’agissait d’une plaque commémorative pareille à celles que l’on trouve sur le fronton des maisons pour indiquer qu’une célébrité est née, a vécu ou bien est décédée à cette adresse.
Ici avait vécu, et il l’apprenait, un couple d’écrivains. Henri prit la peine de se renseigner sur ces deux gloires locales.
Il apprit qu’il n’y avait jamais eu la moindre plaque apposée sur la maison.  Quant à sa deuxième question
-          -Monsieur ?
-          -Oui ?
-          -Aucun chantier non, pas de construction nouvelle prévue.

Commentaires

  1. "Elle se retourna, fit parcourir le chemin inverse au faisceau lumineux. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver ce qu'elle avait vu. C'était un petit bout de verre dépassant de la terre.
    - André ? fit-elle. Je crois qu'il y a autre chose."
    Je venais, à l'instant, de terminer "Prisonniers du temps" ! Je referme la dernière page, entreprends ma petite visite habituelle des blog-potes, j'arrive chez Mr K, je lis l'impromptu du jour et j'ai l'impression de n'être pas sortie de mon livre !!
    A part ça je cherche l'anagramme d'Henri Plotte...
    La Taulière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne cherchez pas chère Taulière. On est juste dans la saga familiale des Plotte !

      Demandez à André ! Quant à Prisonniers du temps, de qui est-ce ?

      Supprimer
    2. D'un "has been" auteur en son temps de techno-thrillers et d'un certain... Jurassic Park ! Inégal voire médiocre. "Prisonniers du temps" est conçu comme un jeu vidéo : trop de battles, mais un scénar original. Et puis c'est le genre efficace : tu lis la première page et tu ne peux pas t'arrêter jusqu'à la dernière !
      Bon alors j'arrête la recherche sur Plotte :) et je m'en vais écouter la Kate...
      La Taulière

      Supprimer
    3. Merci de la réponse, je n'ai jaamis rien lu de lui et ça risque fort de perdurer !

      Supprimer
  2. Henri Plotte fixera t-il la plaque ? Le saurons-nous jamais ?
    A vrai dire, je pressens dans ce texte une de ces facéties dont vous êtes coutumier mais que je ne capte pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous (pres)sentez quelque chose que vous ne captez point, j'ai réussi mon coup ;-)

      Supprimer
  3. Est-ce que Henri Plotte est-il à côté de la plaque? ;-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire