Duo de ces Pyramides - N°6


et n'hésitez pas  à lui commenter l'affaire ! 

 Sinon, pour les Diffractions, c'est là ! 




 





Quittant la médiathèque aux lumières refermées et aux portes éteintes jusqu’à demain, la bibliothécaire enfourche son vélo au guidon chromé, on la devine cycliste accomplie, elle rentre chez elle et nous ne saurons probablement jamais si, dans la soirée, elle s’est mise à lire.
Elle ignorera peut-être que sur son lieu de travail, pendant ce temps, un voyageur qui se serait égaré dans les blancs ou dans les marges, dans les salles redevenues désertes, pourrait se dire qu’un nouveau cycle journalier s’est achevé et que pourtant la roue tourne, brassant un imperceptible changement dans l’air silencieux de Babel.
Nous pourrions en parallèle supposer qu’un tel voyageur ne s’est peut-être pas perdu, qu’il préfère l’attente au voyage, qu’il aime entendre le silence et, plus que tout, l’écouter.
S’il tendait bien l’oreille, peut-être décèlerait-il dans un frottement de l’air quelque chose comme l’heure exquise, un moment où semblent soudain bruire doucement, comme une conversation qui tenterait une sortie, quelques mots furtifs, assourdis par un invisible film de poussière et presque étouffés par la verticalité serrée des pages.
- Quelquefois même, il y a assez longtemps, vous étiez dégoûté de la littérature ; vous disiez : la littérature, c'est de la merde, qu'est-ce que vous vouliez dire au juste ?
-Ce n’était qu’une réaction épidermique, un agacement envers tous ceux qui lisent aux toilettes et ce que je voulais dire, au fond, n’était que l’expression d’un changement, mon propre changement, j’étais juste passé du stade anal au stade oral, une progression notable car j’étais parti de « la merde, cest de la littérature » qui j’en conviens était un peu simpliste.
L’incongruité d'un tel échange ébranlerait alors fortement le voyageur, au point qu’il finirait immanquablement par se dire, un peu imprudemment, qu’il a mal entendu ou bien, en une hypothèse hallucinatoire, qu’il n’a pas pu entendre cela ailleurs que dans son propre rêve.
Tout à ses pensées, il ne discernerait pas certains remous ou replis discrets également réprobateurs, y resterait inaccessible, presque hermétique et se couperait du clapotis de pages tournées, du frissonnement de couvertures refermées, ailes de moulins vibrant dans un étrange labyrinthe peuplé de miroirs et de portes secrètes.
Alors, un peu comme le voyage nous change, un peu comme lire c’est voyager et voyager c’est lire, c’est très certainement le moment que le voyageur choisirait pour changer d’histoire. 
Ce matin, la bibliothécaire reprend son poste, elle pose son vélo - la place habituelle, l’antivol - et nous ne saurons pas à cette heure ensoleillée ce qu’elle sait ou imagine, pas davantage ce qu’elle ne sait pas, nous supposerons seulement qu’elle est sensible au goût de liberté que procure le vélo, qu’elle apprécie -mais vraiment- quand ça monte et qu’elle ne peut se passer très longtemps des petites routes qui traversent le cœur des forêts.

Commentaires

  1. Dedans.
    On y entend parler les mots qui émergent des livres, des sons sourds mais si vivants.

    Dehors c'est une autre histoire de roues libertaires.
    Plaisir de lecture, ta mission est parfaitement accomplie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un texte construit tout en symétrie , en fait.
      Le dehors enserre le dedans.

      Supprimer
  2. Sous le charme !! En plus une bibliothécaire qui aime les côtes en vélo, c'est le top (sans jeu de mots). Bravo pour ce texte délicat mais non sans les habituelles touches drôles et baroques, le K'style en quelque sorte, et son climat un peu mystérieux, qui est celui de tous les lieux vides lorsque l'humain enfin laisse respirer les meubles, les murs... et les livres !
    Encore bravo confrère, et à la revoyure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère consœur, j'ai dû emboîter avec ce que vous me proposâtes ! J'ai tenté une synthèse !

      Tiens, dimanche, ici-même des nouvelles de ta romancière m'a-t-on dit !

      Supprimer
  3. "Si par une nuit d'hiver un voyageur", se perd dans une bibliothèque...
    Cette conversation qui tenterait une sortie, sont-ce les livres qui dialoguent entre eux en une intertextualité non mesurée ?
    La bibliothécaire, par ouïe dire - et surtout grâce à diffractions qu'elle lit assidument - a su ce qui se passait la nuit et un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous connaissez votre intertextualité sur le bout des pages !

      Supprimer
  4. Ici comme chez La Taulière, les voies de l'écriture sont impénétrables ... Vous vous y entendez à vous deux pour semer le trouble chez le lecteur ! D'un ccôté, une haie où une micro-intrigue se laisse apercevoir, de l'autre une bibliothécaire fondue de bicyclette et des fantômes qui s'apostrophent...
    Je me suis égarée dans vos deux récits, voyageant de l'un à l'autre ce qui a aggravé mon état de confusion avancée.
    Au final, deux beaux pieds de nez à la contrainte et à l'imposture du roman au kilomètre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ceci ne fut pas concerté, madame la présidente, je le jure !

      Supprimer
  5. Passer du stade anal au stade oral, c'est tout un art. Maintenant je me pose la question: Quand on la "la tête dans le c..." (selon la sacro-sainte expression), les mots, même s'ils sortent de la bouche, sont quand même toujours au stade anal, vu que la bouche est enfoncée dans le c...? Pardonnez-moi ma côté trublion, mais cette question me prend littéralement... la tête. ;-) Belle soirée et merci pour ce bon moment de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passer du stade anal au stade oral, c'est du sport finalement si j'ai bien compris ce raisonnement un peu cul par-dessus tête.
      Pour les détails, aller sonner chez un proctologue, mais aura-t-il un divan ?

      Supprimer
  6. vais aller faire un tour chez la taulière donc

    RépondreSupprimer
  7. La bibli sur deux roues, la biblio sous la lune et le lecteur au petit coin - dites donc !
    Oserais-je une citation ? "L'extraverti est plus exposé que quiconque à cette diffraction de la force réflexive" (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 652).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mounier, il a peut-être un bouquin dans la bibli ?
      C'est ça que ça veut dire ;-)

      Supprimer
  8. C'est compliqué d'arriver en retard. J'ai lu le texte de la bibliothécaire à vélo, jusque là, tout va bien. Chez la taulière, je tombe sur un article causant de SNCF. Pourquoi pas, mais ça ne s’emmanche pas comme prévu...
    C'est moi qui suis comme un manche : erreur de page !
    Ainsi donc, la bibliothécaire amourachée du vélo, se déplace en tondeuse à l'occasion des futures grèves des chemins de fer.
    Ben fallait le dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir tout compris ! Ca ouvre des pistes (cyclables) sur la voie (ferrée)...
      La Taulière

      Supprimer
    2. Erreur de page, avec ce qui se trame dans la bibliothèque, c'est pas étonnant ;-)

      Supprimer
    3. La Taulière > oui, au moins, quelqu'un qui n'est pas resté à quai.

      Supprimer
  9. Oui, et espérons qu'on ne fera jamais partie de la communauté réduite aux à quai...
    La Taulière

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire