Les bons contes font-ils les bons amis? 2/3



IV.
002 emporta comme son frère un bon cheval, une bride à battue, des armes et Delors (oui, le petit Jacques, encore au début de sa carrière de Grand Européen, il était transporté dans un sac).
L'aîné parvint jusqu'à la ville des plaisirs et retrouva son frère, alias 001, dépouillé de tout .
Cet exemple lui parut difficile à suivre, insoutenable, comment en effet se conformer à cette image cruelle, un frère démuni. Et sans bras.
002 mena donc une vie dissipée, oubliant son père, ses frères, ses sœurs, son marteau, la couronne, le Merle Blanc, le cadet, ses soucis, mais pas la gégène que les habitants serviables se faisaient un plaisir de lui rappeler matin midi et soir et si t'en veux un peu plus t'hésites pas tu demandes !

V.
Un an plus tard de plus, le Roi n'avait reçu aucune nouvelle, son incertitude était certaine et l'attente faisait place peu à peu à l'oubli. 
Et l'attente faisait place peu à peu à l'oubli. Puis l'attente faisait place peu à peu à l'oubli. L'attente faisait place à l'oubli. L'oubli avait pris la place de l'attente. 

Le cadet disait à son père :
- Père, Sire, Papa, Papounet, rayez la mention inutile, si vous le permettez que je peux le faire que je le fais, moi aussi j'irai que je vais partir en m'en allant à la recherche de la découverte que je mettrai la main sur le Merle d'Oiseau Blanc que c'est lui la bête merveilleuse. 
Grâce à Dieu j'espère que je souhaite que c'est possible que je reviendrai de retour vers dans trois mois ou à peu près 90 jours presque environ. 
Je n'ai pas besoin qu'il ne me faut pas de cheval ni d'armes ni de pistolet pour que je fais ce voyage dans mon parcours. C'est à ma bonne étoile que je remets entre ses mains le succès de la réussite de mon entreprise que je vais faire sans retard de perte de temps.
.../...
(communiqué)
Nous informons nos lecteurs qu'il s'agit d'une version abrégée et remastérisée. Sachez qu'à l'origine le cadet s'était porté candidat le premier pour partir mais une certaine temporisation dans le discours et la prise de décision, tout au moins son expression, ne lui permit pas un départ en pôle position. Autre information importante, les aventures des aînés eurent lieu pendant la déclaration de cadet 001.
(fin de communiqué)

Le Roi répondit après réflexion :
-D'accord, mais tu finis que tu termines d'abord tes exercices de grammaire-conjugaison.
C'est ainsi que sept ans  plus tard, après quelques préparatifs ultra-rapides, le moins jeune Cadet 001 était sur le départ. 
Et donc il partit.

VI.
Il traversa d'abord une forêt. Il entendit soudain crier une bête. Courir dans sa direction et arriver près d'un renard pris en otage par un corbeau fut l'affaire de plusieurs semaines car Cadet 001, un peu dur de la feuille ce qui est franchement handicapant dans une forêt , n'avait pas non plus fini ses révisions en géographie.
Écoutant son courage qui ne lui disait rien, ce qui est normal pour un sourd, Cadet se garda d'intervenir. 
Mais il PENSA qu'il fallait agir.
Cette situation ne pouvait pas s'éterniser.

Pourrir, ça oui, puisqu'il se répéta ceci pendant six jours. Il appela le président qui lui dépêcha illico un peloton du GIGN qui arriva à vélo, restrictions budgétaires déjà d'actualité obligent. 
Lasso fut ainsi donné et le corbeau se retrouva pieds et poings liés à la fois réduit à l'impuissance et à l'état de cadavre. 
Ah... bavure quand tu nous tiens...

Cadet s'approcha du renard pendant que GIGN entreprit une savante manœuvre de repli, page 17 du manuel, qui leur permit de se perdre dans la forêt au point qu'au moment où j'écris il se murmure qu'ils ne seraient toujours pas ressortis.
Le renard parla ainsi :
- Écoute, tu m'as sauvé la vie. Certes GIGN aurait pu s'appliquer en tirant car maintenant j'ai le bras droit entièrement paralysé et je pisse tout mon sang, mais bon, c'est minime. Pour te récompenser, je t'autorise à réclamer les balles que m'aura extraites le médecin légiste. Tu peux aussi m'appeler n'importe où n'importe quand sur mon portable en disant : « Renard, passe monts et vallées, viens à mon secours ».
Après ces paroles anthologiques, le renard alla s'effondrer et se faire opérer à l'hôpital le plus proche.
- merci, répondit Cadet le lendemain.
 
Resté seul, il continua sa route et arriva aux portes de la ville des plaisirs.

à suivre

Commentaires

  1. Absolument passionnant, génial...et je suis hilare!

    Je reviendrai de retour, sous peu.

    RépondreSupprimer
  2. Le corbeau n'en fera plus tout un fromage. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Marrade confirmée, contente que Cadet 001 n'entre pas tout seul dans l'aventure. Déjà il a sa connerie pour lui tenir chaud, et en plus l'appui d'un renard, c'est pas rien. Je le sens bien, le gars, là... Pour peu qu'il croise l'ange à la licorne tordue dans un bois humide, et on aura décroché le gros lot :)

    RépondreSupprimer
  4. Le GIGN à vélo, voici une idée que vous pourriez faire parvenir à notre "cher" Président qui, lui même, pourrait adopter le même mode de transport pour se rendre en Afrique ; il irait ainsi moins souvent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore faut-il qu'ils aient les codes pour savoir où sont parqués secrètement les vélos..un peu comme la sncf avec les horaires exacts !

      Supprimer

Publier un commentaire