Affabulations




La raison du plus fort qui croyait prendre ?
Rien ne sert de courir, plus gros que le ventre,
Il ne faut pas avoir les yeux d’un plus petit que soi,
Selon que vous serez puissant ou misérable, c’est donc ton frère

On a souvent besoin aux dépens de celui qui l’écoute,
Tel est pris n’a point d’oreille.
Tout flatteur vit plus que force ni que rage,
Ventre affamé deviendra grand.

Petit poisson il faut considérer la fin,
En toute chose il faut partir à point.

Patience et longueur de temps c’est la devise des hommes
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Dans le courant d’une onde pure,
Plutôt souffrir que mourir est toujours la meilleure.

Commentaires

  1. Affabulation de bulles affables.
    Cela me rappelle les "Mots tordus" de Font et Val (tous deux ont mal fini, hélas)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les connais certes, mais pas la référence.
      Merci du passage !

      Supprimer
  2. On est frappé par la profonde vérité de ces adages, qui ressort encore davantage quand leur ordre est chahuté... Comme quoi.

    RépondreSupprimer
  3. Un chassé croisé divertissant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Resterait à préciser qui croise et qui chasse ...
      ;-)

      Supprimer
  4. Perrette sur sa tête ayant un pot au lait
    Bien posé sur un coussinet,
    rencontra Maître Renard par l’odeur du lait alléché.
    Là on devine que le pot va filer à terre
    et que le corbeau s'en sort bien.
    Moralité : ce n'est pas moral.

    Salutations amicales :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une morale de la plus belle eau, cher Christw !
      Bien amicalement :-)

      Supprimer
  5. Cela rappelle, de Marcel Bénabou, les alexandrins greffés
    http://oulipo.net/fr/une-liste-de-contraintes-oulipiennes
    & les perverbes http://oulipo.net/fr/contraintes/perverbe
    avec un changement de mètre façon La Fontaine. Sinon voir
    là : http://robert.rapilly.free.fr/index.php/?q=adduction
    une tentative carrément moins marrante. Amitiés, cher K !

    RépondreSupprimer
  6. Merci de ce passage cher Robert.
    Et pour les références aussi, j'y vais voir.
    Amitiés itou !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire