L'invitée du Printemps des poètes : Paula 2


Paula nous propose d'aller écouter un grand monsieur ici et poursuit pour le texte avec une complice que nous connaissons bien !

 

(Traduction aimablement prêtée par Colo)

Cómo tú León Felipe
(Zamora 1884 - Ciudad de México, 1968)

Así es mi vida,
piedra,
como tú. Como tú,
piedra pequeña;
como tú,
piedra ligera;
como tú,
canto que ruedas
por las calzadas
y por las veredas;
como tú,
guijarro humilde de las carreteras;
como tú,
que en días de tormenta
te hundes
en el cieno de la tierra
y luego
centelleas
bajo los cascos
y bajo las ruedas;
como tú, que no has servido
para ser ni piedra
de una lonja,
ni piedra de una audiencia,
ni piedra de un palacio,
ni piedra de una iglesia;
como tú,
piedra aventurera;
como tú,
que tal vez estás hecha
sólo para una honda,
piedra pequeña
y
ligera…


Comme toi León Felipe


Ainsi est ma vie,
pierre,
comme toi. Comme toi,
petite pierre ;
comme toi
pierre légère;
comme toi,
galet qui roule
sur les chemins
et les trottoirs ;
comme toi,
humble caillou des routes ;
comme toi
qui par les jours d’orage
t’aplatis
dans la boue de la terre
et puis
scintilles
sous les sabots
et sous les roues ;
comme toi, qui n’as même pas servi
à être pierre
d’une halle de marché,
ni pierre d’un tribunal,
ni pierre d’un palais,
ni pierre d’une église;
comme toi,
pierre aventureuse;
comme toi
qui, peut-être, n’es faite
que pour une fronde,
pierre petite
et
légère ...

Commentaires

  1. Une très bonne idée Paul(a)! Et toujours un plaisir de relire ce poème et écouter Paco.

    RépondreSupprimer
  2. Ah Paco, quelle belle interprétation à la guitare. Joli moment.

    RépondreSupprimer
  3. Avec tout ce qui se passe ces jours-ci, j'ai le coeur un peu comme une pierre mais en venant ici et en écoutant le grand Paco, du coup, la pierre devient légère, quoique toujours un peu mélancolique avec cette guitare. Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Colo > et une belle conjonction avec toi à la traduction !
    gballand > Une belle occasion d'écouter et de garder Paco en tête aussi !
    Dédé > La pierre devient, le pouvoir des mots !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire