AVERTISSEMENT 7/18


Avertissement

Un bon conseil:
N’emmenez pas de railleurs dans le cosmos.

Quatorze planètes mortes,
Quelques comètes, deux étoiles,
Avant qu’on atteigne la troisième,
Ils auront perdu tout sens de l’humour.

Le cosmos est ce qu’il est,
Autrement dit: parfait.
Les railleurs ne lui pardonneront jamais.

Rien ne saura les réjouir:
Temps - trop éternel,
Beauté - trop immaculée,
Gravité - comment la tourner en dérision.
Les autres resteront bouche bée,
Eux, ce sera pour bailler.

En chemin vers la quatrième étoile
Les choses se gâteront encore.
Sourires aigres,
Troubles de l’équilibre et du sommeil,
Conversations stupides:
Que le corbeau et le fromage,
Que les chiures de mouche sur le portrait de l’Empereur,
Que Blanchette Bêê-Bêê toute la nuit,
- hé oui, ça, c’était une vie.

Bornés.
Ils préfèrent jeudi à toute l’éternité.
Barbares.
Plutôt une fausse note que l’harmonie des sphères.
Nulle part ils ne se sentent mieux que dans la faille
Entre la théorie et la pratique,
Entre la cause et l’effet,
Mais ici ce n’est pas la Terre, et tout colle bien au tout.

A la trentième planète
( sur le plan désertique - impeccable),
Ils refuseront même de quitter la cabine,
Parce que bobo au petit doigt, ou à la tête.

Quel embarras, quelle honte.
Tout cet argent jeté dans le cosmos.



Wislawa Szymborska


In Je ne sais quelles gens, page 91,
 Poésie Fayard.

Commentaires

  1. Un sujet inattendu, si original, j'aime vraiment beaucoup.
    Sus au railleurs:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours un bel angle avec elle !

      Supprimer
    2. un bel angle et une belle langue "simple comme bonjour" où l'ironie n'est jamais absente oscillant entre "ravissement et désespoir" telle que se définissait l'auteur elle même

      Supprimer
  2. C'est chez Mr K. que j'avais déjà découvert Szymborska, et mon ravissement ne cesse pas !
    Quelle avalanche de beauté que cette semaine (que je déguste en bloc). Un vrai coup de coeur pour la "fine lumière" des yeux du Katze, de Dutli...
    Le moment de chanter ensemble : "Un singe de beauté est un jouet pour l'hiver", maligne et approx-homophonique traduction par François Le Lionnais d'un vers de Keats "A thing of beauty is a joy for ever" :)
    La Taulière enchantée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Szymborska que je ne connaissais avant que paul(a) en parle, il y a -déjà - quelques années.
      😉

      Supprimer
    2. C'est la chaîne du bonheur des blogueurs/euses !

      Supprimer
  3. Citation des sources :
    - pour le vers de Keats : Endymion https://www.poetryfoundation.org/poems/44469/endymion-56d2239287ca5
    - sur François Le Lionnais : https://www.oulipo.net/fr/oulipiens/fll
    Signé Taulière du Renseignement

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire