13 bis - Une contribution surprise


 
1
Construction

De la couleur, de la couleur et des couleurs...
Voici Léger qui grandit comme le ciel de l'époque tertiaire
Et qui durcit
Et qui fixe
La nature morte
La croûte terrestre
Le liquide
Le brumeux
Tout ce qui se ternit
La géométrie nuageuse
Le fil à plomb qui se résorbe
Ossification.
Locomotion.
Tout grouille
L'esprit s'anime soudain et s'habille à son tour comme les animaux et les plantes
Prodigieusement
Et voici
La peinture devient cette chose énorme qui bouge
La roue
La vie
La machine
L'âme humaine
Une culasse de 75
Mon portrait (1)

Blaise Cendrars, février 1919
(Dix-neuf poèmes élastiques, in Du monde entier au coeur du monde, poésies complètes, Poésie Gallimard 2006)
---------------------------------------------------
(1) Seul poème élastique écrit après la guerre et de la main gauche, "Construction" a souvent été repris dans des hommages à Léger, notamment en fac-similé dans Les Constructeurs (Paris Falaize, 1951)


2

"Grand âge, nous voici. Rendez-vous pris, et de longtemps, avec cette heure de grand sens.

Le soir descend, et nous ramène, avec nos prises de haute mer. Nulle dalle familiale où retentisse le pas d'homme. Nulle demeure à la ville ni cour pavée de roses de pierre sous les voûtes sonores.

Il est temps de brûler nos vieilles coques chargées d'algues. La Croix du Sud est sur la Douane ; la frégate-aigle a regagné les îles ; l'aigle-harpie est dans la jungle, avec le singe et le serpent-devin. Et l'estuaire est immense sous la charge du ciel.

Grand âge, vois nos prises : vaines sont-elles, et nos mains libres. La course est faite et n'est point faite ; la chose est dite et n'est point dite. Et nous rentrons chargés de nuit, sachant de naissance et de mort plus que n'enseigne le songe d'homme. Après l'orgueil, voici l'honneur, et cette clarté de l'âme florissante dans l'épée grande et bleue."

Saint-John Perse, Chroniques, V, extrait
Gallimard 1960


Merci chère Taulière !

Commentaires

  1. Excellent Cendrars au développement élastique à propos.
    Et la dernière partie de Saint-John Perse est tout simplement éblouissante.
    Merci !

    RépondreSupprimer
  2. On glisse avec/dans le poème de Cendras et "l'heure de grand sens" de Saint-John Perse...oh! tout est magnifiquement dit en peu de mots. Merci!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire