F

"Qu'on l'a borde par le flanc ou qu'on l'aborde de front,
 la faille, cette béante marge, 
nous donne le vertige, 
nous rebute ou nous aspire ?"

En prose ou en vers, laissez votre plume se laisser inspirer par cette faille.



Commentaires

  1. Un "personnage" qui n'a pas froid aux yeux et donc le corps - existant ou non - n'a peur de rien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela peut paraître étonnant, mais en frisant l'abstraction, ce texte une fois que je l'ai écrit m'a paru apaisant.

      Supprimer
  2. Une impression de ballottement, de sombrer un peu parfois, de planer....très réussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était l'idée. Du mouvement, des forces, leurs effets.

      Supprimer
  3. Un géographe serait perdu entre les plaques tectoniques et les feuilles spatio-temporelle. Un poète dans l'âme ne peut que se réjouir du mouvement des mots. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme une transformation métamorphique à l’œuvre !

      Supprimer
  4. Quand la métaphysique met son habit de lumière.

    RépondreSupprimer
  5. Fouillé le TLF : "Des feuilles faisaient du bruit comme une robe de faille." (GIONO, Un de Baumugnes)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est fort ce Giono.
      Merci de la citation Tania !

      Supprimer
  6. faille que faille, aucun défi ne vous arrête ,)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre par pierre.
      Et en essayant de ne pas être à côté de la plaque ;-)

      Supprimer
  7. Joli maelstrom, étourdissant et pour tout dire qui m'effraie un peu. Mais très bien tourné, ou tourbillonné. Vertigo!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire