mardi 4 septembre 2018

Zèbres


Toujours particulier
le moment précis où
disque encore emballé
entre les mains
on va briser
la fine enveloppe de cellophane
et laisser se déployer
les deux volets cartonnés au grand jour.
Perspective
Promesse
Espoir
se croisent alors
avant le moment de l'écoute
et ses premières notes projetées dans l'espace. 



Il est certaines fois
où l'on trouve l'inattendu
malgré tout,
malgré l'attente,
malgré ce que l'on a flairé
au moment où l'on a parié et décidé
que cet objet musical pas totalement identifié
irait rejoindre les étagères de la cédéthèque.
On trouve des poètes nichés sur la cartonette lustrée
on sourit,
on pense "c'est bien parti" 
et quand, en supplément, la musique est au rendez-vous
alors
il n'y a guère plus qu'à jubiler.

4 commentaires:

  1. Assurément, un bon moment. Mais maintenant avec le déploiement d'internet, combien d'entre nous achètent encore des CD?
    Je vais aller me renseigner sur le disque que tu présentes aujourd'hui. Bises alpines et belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact ! Sans doute suis-je encore un de ces dinosaures !
      Quant à ce disque, la musique en est parfois assez abstraite et mérite de s'y plonger longuement pour l'apprivoiser !

      Supprimer
  2. Ah, les promesses du CD qu'on déshabille lentement, le coeur battant, en s'attardant exagérément sur les détails de la pochette, pour reculer au maximum le moment d'engager la galette dans le lecteur ... Ca c'est du vécu, une excitation bien particulière et inoubliable, surtout quand 10, 20 ans après il fait toujours partie de notre patrimoine sensible!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu pour la parenté avec d'autres déshabillages ;-)

      Supprimer