Flâner sur ...



Les impromptus, cette semaine, offrent une deuxième possibilité sur le même thème du jardinier... Voici donc...pour ne pas rester inachevé... 




Flâner

Ecoute, cette histoire
Avant ta naissance Gilles
Ce fut l’enfance de l’art
Gilles !

Au milieu du boulevard
Le goudron le rendait prisonnier. 
Le jardinier planta son regard,
Déchaussa ses yeux routiniers.
Il vit qu’un sentier rebattant les standards
S’était formé, un circuit piétonnier
A empoigner sans retard
Comme un rêve de pionnier 

Au milieu du boulevard
Naviguait funambule le jardinier 
Il pensait à Cortázar
Parcs et continuité
Où l’alchimie du vent pourrait sécher
Le linge disparu par hasard 
Espace-temps hissé hors de son panier
Recyclé en toile de gabarre

Au milieu du boulevard
se tenait Prune, ses yeux véritable nectar
et rouge à lèvres printanier
Amoureux instantané fut le jardinier
Il s’engagea sans retard
Lui, le sorcier des citronniers
Au Service des Espoirs Verts

Commentaires

  1. Ici, Prune ne rime avec rien, mais ne rime pas à rien. Prune est l'essence du jardinage pour un jardiner hors du commun. J'aime bien "déchaussa ses yeux routiniers", condition essentielle pour arriver au septième ciel des espoirs verts ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ce commentaire détaillé !

    RépondreSupprimer
  3. La référence à Cortázar est une délicatesse de plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo, cette nouvelle étant de plus un chef d’œuvre !

      Supprimer

Publier un commentaire