A quoi ça rime... ou pas

Mon estimée consœur La Taulière nous recommande ce lien sur France Culture dans un commentaire d'aujourd'hui et je m'empresse de lui emboîter le pas ! 

Vous y retrouvez le toujours très intéressant et attachant Jacques Bonnaffé. 
Et ce sera un programme parfaitement au point pour compléter ce qui sera publié ici tous les deux jours. 


https://www.franceculture.fr/emissions/jacques-bonnaffe-lit-la-poesie

Ce billet ne serait pas complet sans une petite anecdote qui remonte à 2012, le 24 juin exactement.
C'était lors du festival Jardin Singulier à Couëron (44) mêlant diverses pratiques artistiques et j'étais venu y assister avec un de mes potes, en ayant en ligne de mire un somptueux duo musical Fred Frith / Edward Perraud. 
Qui tint absolument toutes ses promesses.

Dans l'après-midi, nous avions noté avec intérêt la présence de Jacques Bonnaffé avec son spectacle sur Jean-Jacques Rousseau. 
La pluie nous ayant obligé à gagner le théâtre, Bonnaffé commença dedans et nous fit partager avec intérêt - et malice , et actualité - quelques extraits finement choisis du "Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes" avant d'enchaîner avec quelques fragments des Rêveries du promeneur solitaire. 
Il nous invita au gré d'une éclaircie à sortir et nous fûmes dehors -avec lui toujours déclamant- des promeneurs (pas solitaires) mais conquis car le cœur y était et il nous proposa même de danser dans la forêt imaginaire qu'il venait d'évoquer. On ne se fit pas prier pour gambader ! 

Que c'était bien ! Ce fut un très bon moment, chaleureux, humain et d'une belle simplicité.

Commentaires

  1. Merci pour le lien, j'ai pris bonne note.

    RépondreSupprimer
  2. Il existe des personnes capables de transmettre et capables de rendre réceptifs et intelligents ceux qui les écoutent !

    RépondreSupprimer
  3. Ah, ça rend Bonnafé encore plus sympa... S'il était besoin ! Ca a dû être en effet un bon moment.
    J'ai encore dans l'oreille, il y a une paire d'années, un Bonnafé s'exprimant en ch'ti, un bonheur...
    La Taulière

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire