Duo n°4 -

Deux sonnets de chaque côté, voilà ce qui vous est proposé ce mois-ci. 
Allez voir par ici : La Taulière vous y attend  !

Ici, après un rappel sur qui a proposé quoi, chaque sonnet est juste en dessous.
Bonne lecture !









Commentaires

  1. Bien envoyé ! De la poésilitique fiction (fiction...?!), bravo partner !

    RépondreSupprimer
  2. "Il tétait l'ambition comme le biberon" m'a fait bien rire, j'ai vu tant de personnes défiler qu'on aurait dit le 14 juillet ;)
    Au jeu du sonnet, vous avez dû terminer "sonné", car c'est du boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 14 juillet, belle image !
      Sonné, c'est plus le personnage du 2e sonnet qui l'est !

      Supprimer
  3. Ta lecture fût fractale, m'en voilà sonnée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme une unité de lieu, d'action et -presque- de temps- absolument pas préméditée.

      Supprimer
  4. Il y a quelque sentiment de hargne ou de froide lucidité dans le second sonnet qui me le fait préférer au premier! Ca balance et ça interpelle! Du joli travail à vous deux pour un exercice bien délicat!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alezandro.
      Le second -que tu cites- a pris fond et forme assez vite.
      Froideur, hargne, ... et un presque détachement...

      Supprimer
  5. "Détroussé d'idées"...ce qui n'est vraiment pas ton cas!
    Placer biberon-bavoir et brabançonne, de la haute voltige, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, la responsable se reconnaîtra sur ces mots !

      Supprimer
  6. Le plus extraordinaire de l'histoire, c'est que sur des sujets différents et des rimes imposées, vous arrivez à vous rejoindre sur le fond. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est -aussi- le jeu, mais c'est apparu après. Pas délibéré.

      Supprimer
  7. Oh là! Je ne comprends pas trop la poésie mais je me suis délectée à lire ces duos impétueux... ça semble presque facile (heuuuuuuuuuuu)

    RépondreSupprimer
  8. Waouh, ce sonnet, bravo !
    J'étais distraite, j'ai cru lire
    "les Basques à coup de Brabançonne
    Et te voilà déambulant parmi les Catalans".
    Vais faire un tour chez la Taulière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le tour vaut largement le détour.
      Ma pyramidale acolyte a brillé !

      Supprimer
  9. Un exercice de haut vol que j'ai relu plusieurs fois à haute voix. Et de mélanger les deux donne un gothique sans futal, pauvre gourou qui mendie au biberon. J'en ressors un peu sonné comme d'autres lecteurs. Sonnez, chantez, jouez. C'est bientôt Noël. ;-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, si en plus on mélange, décidément ces lecteurs, on ne les tient plus !!!

      Supprimer
  10. 2e lecture après une petite interruption d'internet : je confirme mon enthousiasme de la première lecture : Mr K joint la maîtrise poétique à l'art de la nouvelle : chaque sonnet une histoire, et je partage l'avis d'Alezandro : le 2e balance sec, ça pourrait faire une très chouette chanson !
    Merci, au passage, à l'honorable lectorat des 10fractions de m'avoir rendu une petite visite. Et... attendez-vous à encore bien autre chose le 15 janvier prochain, hum...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisque tu l'évoques, et autant l'unité d'inspiration n'a pas été préméditée, par contre l'idée d'une "petite histoire" m'a paru vite la piste ne serait-ce que pour lier ces mots plus qu'hétéroclites ... hum hum.
      ;-)

      Supprimer
  11. Les pieds brisent la glace du sonnet bien façonné - façon déjantée.
    Au-delà de la performance technique qui n'est pas non plus rien, j'aime l'inspiration du poète de fond !
    signé: une groupie comblée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, la technique certes mais au service du fond, un peu comme l'esprit domine la matière !

      Supprimer

Publier un commentaire