mardi 13 juin 2017

Bof...



J’ai trouvé ça :

« Ce qu’on appelle un poète n’est qu’une anomalie de l’humain, une inflammation de l’âme qui souffre au moindre contact – même à celui d’une brise. »
Christian Bobin 

Etonnant comme je ne suis pas d’accord.

10 commentaires:

  1. Christian Bobin parle peut-être de lui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Possible. Mais il semble généraliser cependant...

      Supprimer
  2. Bobin, bobards riment parfois....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Différent et "anormal" et souffrant... Quel misérabilisme.

      Supprimer
  3. "Je sais, pour être grimpé au sommet d'un arbre, que derrière la langue c'est un pré immense, avec des fleurs sombres, et de petits sentiers labyrinthiques" - Ce que je sais, Patrick Dubost (alias Armand le Poète), Cela fait-il du bruit ? (écrits pour la voix).
    Et toc, Bobin ! Il a jamais trouvé le pré, lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup stimulant et intrigant, et surtout pas normatif :-)

      Supprimer
  4. Je suis souvent d'accord avec Bobin (quand je "tombe" dessus, car je ne le cherche pas) mais ici, moi non plus je ne suis pas d'accord. Pas du tout. Or je ne suis pas non plus très portée vers la poésie, non que je n'aime pas mais je ne fonctionne pas "en poésie", généralement. Mais je ne vois pas du tout l'inflammation de l'âme :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, Bobin je tombe dessus, et là plutôt deux fois qu'une.
      Et ne te sous-estime pas dans ton rapport ou fonctionnement en poésie :-)

      Supprimer
  5. Très, très bof !
    On veut oublier la première négation "n'est que", pourrait remplacer "inflammation" par embrasement "souffre" par vibre, oublier "moindre" et "même" ... et pis et pis, vraiment tout oublier ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très limité, trop restrictif, bref un naufrage !

      Supprimer