Feuilles lues en 2021

Le temps de mettre en forme, d’apporter quelques notes pour certains d’entre eux, voici ce que j'ai lu en 2021.

J’ai conservé les mains pour l’appréciation.

Quelques belles découvertes, de grands plaisirs, des déceptions, quelquefois de l’ennui, bref cela s’appelle une année de lecture !  

Y trouverez matière ? Peut-être, et les échanges sont ouverts, si vous le souhaitez.   

 

 






 











Commentaires

  1. Merci pour cette liste & vos commentaires, K. Pour commencer, je note Galeano, "Les voix du temps" - un écrivain que je n'ai plus lu depuis son fameux essai "Les veines ouvertes de l'Amérique latine" - un Terre humaine que j'ai eu le tort de prêter, jamais revenu, tant mieux s'il est passé de main en main... Coïncidence, un titre d'Antoine Laurain, dont je viens de lire un autre roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Tania, merci du passage et du commentaire.
      Nous organisons virtuellement un ping-pong "Laurain" , et je suis allé noter le référence chez vous http://textespretextes.blogspirit.com/
      A bientôt et bonnes lectures évidemment ;-)

      Supprimer
  2. Mais quelle liste, variée et intéressante ! Tu sais que señor Colo y pêche à chaque fois plein d'idées lui aussi, il est ravi. Moi je note, entre autres, "Hôtel du grand cerf" et divers polars, j'en lis rarement et tes pistes et avis sont bienvenus.
    Muchas gracias.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien. A l'occasion tu me diras ce qui vous a plu ou pas !

      Supprimer
  3. Vous me faites envie avec le service des manuscrits, de Antoine Laurain
    Eduardo Galeano, vous me l'aviez fait connaître, déjà, et je l'ai acheté et apprécié.
    La robe de mariée, j'ai adoré de bout en bout.
    David lodge m'a aussi plus. Beaucoup d'humour, cet homme.
    Tous les autres me sont inconnus, il faut dire que je lis de plus en plus lentement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Laurain, cela devrait vous plaire Ghislaine !
      Galeano content qu'il vous ait conquis.

      Quant à la lecture, pas une journée sans lire, et régulièrement deux ou trois livres (de type différent) en même temps, pour s'adapter au moment de la journée !
      A bientôt.

      Supprimer
  4. un jim Harrison que je n'ai pas lu, comment se fait-ce ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas le meilleur, mais toujours bien déjanté 😊

      Supprimer
  5. Aaah !! Chaque année on l'attend... LA LISTE !
    Un peu désolée par la faiblesse remarquable de talents féminins (5 ou 6 autrices sur 85 titres...)
    Cela dit, "La liste" reste la liste, un catalogue de dilections très utile et de quoi pêcher en cas d'incertitude !
    Merci, dans ce registre, d'avoir exploré pour nous le Goncourt, que je me proposais sans vraie conviction de faire acheter à la médiathèque - et quelques autres qu'il m'avait chatouillé de me procurer...
    Et des pistes vraiment sympa, il me reste (toujours) à découvrir Tabucchi mentionné avec insistance dans la liste chaque année, et je suis très tentée par Franz Bartelt et les polars nordiques de Olsen, Westerlund...
    Noté dans un coin aussi Steve Tesich.
    Grand merci pour ces pistes !
    Je profite de la caisse de résonance des Diffractions pour conseiller un texte bref mais cinglant : "Grands Carnivores", de Bertrand Belin (le chanteur) dont on peut aussi se régaler d'un concert-performance enregistré au studio d'Arte, un objet artistique vraiment étrange et beau, c'est ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=QLmpmQc3aY8
    Taulière toujours chez elle :)

    RépondreSupprimer
  6. Merci.
    Tiens j'en suis déjà à trois talents féminins en 2022 et, sans avoir la PAL sous les yeux, il y en a d'autres mais effectivement, en 2021, c'est peu....
    Merci pour Belin, je vais réessayer car j avais écouté un disque il y a quelques années qui m'avait laissé insensible.

    RépondreSupprimer
  7. Franz Bartelt, je vais tâcher moyen de retenir ce nom !
    Dans les parus en 2021 Je n'ai pas lu le Goncourt et "du coup" ça devient moins urgent ... Ni aucun de ceux figurant dans la liste (à l'exception de Big Jim). Et du Fatale de Manchette, mais autrefois, en V.O.
    Je persiste et signe pour Laurent Mauvignier avec Histoires de la Nuit (Minuit poche double, 2021).
    En 2022, j'ai ruiné mes étrennes avec Houellebecq qui m'a laissée sur ma faim et il s'en fout, et David Joy qui ne fait définitivement pas le poids dans le créneau dans lequel il s'est engouffré - mais lui ne s'en fiche probablement pas !
    Quand j'y pense, nous autres les lecteurs on n'est à l'abri de rien ... Ah, j'allais oublier Duong Thu Huong (sur le moment je ne trouve pas le bouquin dans mon bazar pour dire le titre). J'aime beaucoup.
    Et pis, et c'est pas le pire, un jour de pluie comme hier, se faire un Privé à Babylone . . . un 40 ans d'âge qui le fait ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques noms que je vais aller voir (Joy, Huong, ) et Brautigan -Babylone c'est lui- est dans la liste !
      Mauvignier c'est non non et non définitivement, son écriture m'insupporte au plus haut point... mais il s'en remettra !
      Merci du passage et du mot chère Espiguette.

      Supprimer
  8. Rebond : Ha ha la controverse Mauvignier, je suis du camp des insupporté.e.s à tout jamais !
    Brautigan : incontournables "Mémoires sauvés du vent", lu en 2021 (tiens, un début de liste...)
    Espiguette : Houellebecq... est-ce bien sérieux ;-)) ?
    Post-scriptum : les six fonctions du langage de Mélois, mais oui bien sûr !!
    Taulière mêlerette (mot glané en Saône-et-Loire, année 1975 : mêlerette, n. et adj. - personne qui met son grain de sel même quand on lui demande rien)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mêlerette, je rajoute les mémoires sauvés du vent 😉

      Supprimer

Enregistrer un commentaire