Feinte, seconde partie.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Enfin, cette enquête semblait devoir connaître son terme.

Au cœur du bâtiment, en pleine nuit, Charles Loquosme coinça sa mini lampe torche entre ses dents. Il se trouvait au plus profond des sous-sols, le dernier niveau inférieur de l’école supérieure de magiciens, - 3 sur l’ascenseur.

Il repensa en souriant au surnom donné à la boîte par les étudiants : Houdini est où dis donc ?  

Charles Loquosme vint à bout du cadenas, il avait trouvé le code page 7 dans la bibliothèque, dans un annuaire planqué entre deux grimoires.

Lorsqu’il l’actionna, la lourde porte de fer se mit en mouvement, sans le moindre bruit, étrangement.

Il avança subrepticement (heureusement, il n’y avait pas code pour ça).

Ce qu’il vit ne manqua pas de le surprendre, même si cela confirma ses soupçons et plus particulièrement ses dernières déductions.

 

 

Elle était là. La jeune belle et merveilleuse étudiante prodige qui s’apprêtait à monter un numéro fantastique inouï expliquant pourquoi l’argent ne pousse pas dans les arbres.

C’était bien elle.  

Elle planait, légère, au-dessus d’un canapé aux housses rayées.

Un chat noir à l’allure magnétique semblait pratiquer un tour de passe-passe absolument phénoménal.

L’imposition de ses pattes griffues sur la troisième rayure du coussin du canapé soulevait la jeune femme. Et la maintenait suspendue allongée. Belle endormie, du moins à ce qu’il paraissait.

Cette vision magnifique et magique fit s’emballer le cœur de Loquosme, qui se promit in petto, de ne pas oublier d’adopter le chat.

Mais Charles Loquosme ne perdait pas pour autant de vue le véritable défi où il était engagé, il devait résister et ne point abandonner, en montrant une fois encore qu’il avait plus d’un tour dans son sac et qu’il avait lu la quatrième de couverture dans le billet titré Fanfare publié ici il y a quelques jours.  

Imitant à la perfection le cri de la croquette poisson-légume, il éveilla plus nettement l’attention du chat qui se détourna insensiblement de sa tâche. Loquosme poursuivit sa diversion en pensant intensément à Schrödinger.

Le chat disparut.

Charles réceptionna souplement l’endormie alors qu’il venait de rejoindre le canapé. Claquant des doigts, tapotant ses joues, il ne parvint cependant pas à la réveiller.

La belle dans les bras dormant, il retourna dans la grande salle où il avait fixé une réunion, tel le célèbre Ursule Poirier.  

L’affaire fut vite démontée et c’est James Lee Tree-Sterling qui fut confondu. Petit-fils d’un banquier célèbre, il finit par avouer son méfait, un enlèvement destiné à préserver ses intérêts familiaux côté bancaire, car il ne fallait absolument pas que ce tour de passe-passe sur l’argent dans les arbres voit le jour.

En rentrant à son domicile le soir, Charles Loquosme fit un détour à l’épicerie du coin.

Une fois chez lui, il s’installa dans son fauteuil, se mit à penser intensément et le chat vint manger ses croquettes.

Commentaires

  1. Hahaha, messire le chat ! Mais où diable avez-vous trouvé cette illustration ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus d'un tour dans son sac, lui aussi.
      Image :
      https://www.flickr.com/photos/massimobarbieri/3958096639/in/album-72157594208766694/

      A bientôt !

      Supprimer
  2. Il n'a peur de rien, ce Charles Loquosme !
    Quelle histoire magique, n'êtes-vous pas un déscendant de C. Loquosme, version écriture ?
    "Cette belle dans les bras dormant" a dû en faire rêver plus d'un, le chat aussi ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Loquosme est intrépide.
      Non, pas de lien de parenté.
      Magie, rêve, attention ce type d'univers peut être trompeur ;-)
      A bientôt !

      Supprimer
  3. J'adore tout ce qui tient de la magie, ton histoire est extra...la réalité "intérêts bancaires" fait retomber même le chat sur ses pattes, le nez dans les croquettes, pfff:-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le retour de bâton de la réalité n'est jamais bien loin !!!

      Supprimer
  4. C'est la shrödinger du chat. Morte et vivante à la fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Kwarkito et bienvenue.
      Tout semble possible...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire