Inestimable

  



 

Une colombe est posée sur le béret, sur la partie arrière du béret, la plus haute en altitude. Nous dirons un mètre quatre-vingt-cinq.

 
Le monsieur est un accordéoniste. 
Il sait peut-être jouer d’autres instruments. 
On ne sait pas si c’est lui qui a posé la bouteille vide derrière lui juste au coin de la fenêtre.  
 
Il a chaussé des lunettes noires. 
Il porte un manteau. 
Par-dessus, sur ses épaules, il a déployé une pièce de tissu aux motifs floraux, maintenue par les bretelles de son « piano du pauvre ». 
Il ne semble pas que ce soit une protection imperméable. 

Il a la tête légèrement penchée vers l’avant. Est-ce l’effet conjugué du poids de l’instrument, de sa concentration, et de sa volonté d’apporter un certain confort à sa complice perchée -voir plus haut- ?

Côté main droite de l’instrument, on aperçoit la plaque du fabricant « De Bruyne ».

Trois autres complices, de paisibles colombes, sont posées sur un perchoir sur la gauche de l’instrument. Elles peuvent actionner une cloche et des clochettes en se déplaçant. La main gauche de l’instrumentiste joue et se promène sous ce petit échafaudage astucieux.

 
C’est un petit orchestre.
On ne sait s‘il est improvisé, éphémère. 
Connaît-il des airs populaires, des rengaines, des chansons de troubadours ? Joue-t-il des valses, des polkas, des javas ? 

L’accordéoniste a son petit succès et ses habitués dans le quartier. Et c’est bien. 

Il est attendu et apprécié, ses notes font partie du tableau, elles instillent légèreté et gaieté au décor, c’est comme s’il transportait une guinguette avec lui, une belle tranche de vie. 

Et ça n’a pas de prix.  

 

Commentaires

  1. On ne sait pas si la fille de joue du coin de la rue là-bas viendra écouter sa musique qui lui rentre dans la peau par le bas par le haut c'est une fondue de la musique.
    Inestimable cette photo d'un temps disparu (?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela faisait partie de mes sources quand j'ai écrit et je suis allé après ton commentaire réécouter Piaf et Nougaro chanter l'accordéoniste... super chanson de Michel Emer.

      Supprimer
  2. Les musiciens de rue sont toujours très appréciés car ils mettent du bonheur dans le coeur des passants. Quelle belle évocation accompagnée de cette photo pleine de charme. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dédé, souhaitons vivement qu'ils perdurent, quels que soient les instruments ☺

      Supprimer
  3. Attendu et apprécié, des humains, des colombes musicologues aussi.
    Ah, les trouver, retrouver dans nos rues !

    RépondreSupprimer
  4. C'est bien d'avoir une ou un ou des complices en cette période tourmentée. Enfin, c'est bien mais tout dépend de quoi ils sont complices;)
    Dommage, en ce début d'automne les accordéonistes disparaissent mais pas les colombes ; seulement elles ont oublié leur chemin de paix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vivent les complices bien intentionnés, et qu'ils nous ramènent calme et joie de vivre !

      Supprimer
  5. Pour faire le portrait d'un accordéonice
    s'assurer du concours complice
    d'un oiseau
    avec lui se poster au coin de la rue ici bas
    dûment inviter des congénères à se poser

    pour que l'image se fasse
    pour que la musique sonne,
    sonne, sonne
    et que le public enchanté donne
    donne donne.

    Festin de graines ce soir.
    A la santé et à la longévité de l'accordéonice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superbe, merci ! Au passage photo de 1955 de Frank Horvat récemment disparu.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire