Isométrique ?

 

 

On peut en connaître un rayon

Et ne pas trouver le bon angle

Un triangle des Bermudes mental l’aspirait

Elle perdait pied dans la tour de Babel

Elle cherchait, lisant en diagonale

Son cerveau posté en haut de l’escabeau

Ses idées escaladant l’échelle mentale 

Les pensées l’encerclaient, mystérieuse géométrie

Ses neurones miroirs restaient en plan

Thalès battait son plein et le pavé

Comment faire bonne figure ?

C’était la quadrature du cercle

 

Quand les hypothèses s’usent

Il faut trouver une médiatrice

Ce fut la bibliothécaire

Depuis ce jour-là, ce qu’on pensait d’elles

leur était bien équilatéral : 

Jusqu’au bout des angles

Elles étaient losanges   

 

Commentaires

  1. j'aime beaucoup ce lien entre les deux premiers vers de votre poème "isométrique" , qui a fait voyager en moins de multiples visages ;)
    Quant aux "neurones miroirs" qui "restaient en plan", ils font sourire les habitants de ce monde qui ont compris que "les hypothèses s'usent" et que sans "médiatrice" ont peut sombrer dans la folie "équilatérale"...

    RépondreSupprimer

  2. Ùn zeugme sémantique est il isométrique ? Tel est l'angle obtus sous lequel je découvre ta pensée géométrique. Sinon ça va ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma foi, restons vêtus de probité candide et de lin blanc.

      Sinon, c'est demandé si gentiment, oui ça va, et toi ?
      ;-)

      Supprimer
  3. Des losanges aux anges, si je comprends bien.

    RépondreSupprimer
  4. Ah je vois en vrai ces idées qui gravissent l'échelle mentale, quitte à s'égarer...

    RépondreSupprimer
  5. Chez les Angles émigrés on dirait : "Los Angeles"...
    La Taulière de par ici

    PS Je pourrais dédier ce subtil exercice à une de mes anciennes cheffes qui parlait de la "quadrature du siècle". Il est vrai qu'elle disait souvent avoir besoin d'une "bouée d'oxygène"...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire