H comme






Sur mon banc plein vent
Je contemplais l’infini
Bleu et blanc changeants





Commentaires

  1. Haïku... de vent ?
    Taulière plus vieille (pardon : pluvieuse)

    RépondreSupprimer
  2. Le vent permet de s'échapper vers l'infini. Très beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je ne peux cacher que je ne suis pas arrivé 😉

      Supprimer
  3. Merci pour ce tercet que je vais mettre en "action" dès cette après-midi en bord de mer à Dieppe ! Pourvu que le vent de l'infini ne me happe pas...

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Le temps de me lever du banc, je te réponds. Merci.

      Supprimer

Publier un commentaire