Suppositions penchées




A supposer qu’on me demande ici pourquoi il se penche, serait-ce qu’il se met, plus ou moins soudainement, à chercher quelque chose, ou plutôt quelqu’un, tel un disciple de Diogène dont on jugera qu’il a vraisemblablement déjà réglé la question du soleil puisque des lunettes noires dépassent de la poche de sa veste, à moins que ce ne soit tout simplement parce qu’il éprouve le besoin impérieux d’étudier une tache mystérieuse et sombre sur le bout d’une de ses chaussures, tâche qui pourrait le conduire d’hypothèse en hypothèse -qui ne seront pas dénombrées ici – à retirer sa chaussure gauche -puisque c’est elle- et à la renifler, ce qui serait un indice pour nous, lecteurs ou observateurs de la scène, si ce n’est voyeurs malpolis et intrusifs, qu’il a privilégié une piste empreinte de superstition, et qu’il examine et vérifie probablement dans la foulée ses chances de réussite et de bonne fortune dans un futur qu’il espère pas trop lointain, le prochain arrêt s’il a pris le bus, tout en donnant par mimétisme l’idée à la foule malsaine qui le passe au microscope d’en faire autant et de vérifier ses propres godasses,ou bien serait-ce qu’il s’abaisse en réalité par pure condescendance à jeter un œil réprobateur à d’hypothétiques resquilleurs, si l'on considère bien sûr qu'on est toujours dans le bus, ou le tram, à moins qu’il se baisse en hommage à Queneau, car il transporte une valise remplie de dessous de table en billets de 100 dont on ne sait que trop combien cela peut constituer un objet de convoitise chez les escrocs, en horde ou pas, mais je n’insiste pas car je ne souhaite pas occulter l’idée qu’il s’incline en une piètre et donc perfectible imitation de la Tour de Pise qui n’est autre que le rôle qu’on lui a confié dans la pièce que prépare la troupe de théâtre conceptuel à laquelle il appartient depuis plusieurs années…

Commentaires

  1. A supposer qu'on me demande ici pourquoi il s'épanche...c'est que la valise est lourde de secrets;
    Le poids des vieilles affaires finit toujours par vous faire tomber ...sous les balles de l'adversaire avec qui on a refusé de partager les billets
    Pourtant à Pise les mises en garde sont claires : "Pericoloso sporgersi"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superbement tourné, un commentaire à double fond, comme la valise ?
      Merci paul(a) !

      Supprimer
  2. Oooh la belle bleue !!! Un doublé Queneau/Jouet, alors là, je m'incline :)
    Très joli texte, fourmillant de références et de notations politico-humoristiques. Décidément, la valise à Raymond nous inspire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Taulière et quelle vue perçante pour avoir repéré que la valise est bleue !

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup supposé en lisant trois fois votre texte car, mon cerveau était si penché que les hordes d'escrocs ont assailli ma compréhension de leurs infectes loques.
    En tout cas, merci de m'avoir permis, avec votre texte gaillardement construit, de mettre mon cerveau à l'épreuve des hypothèses;).

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire