Admettre


Il faut bien reconnaître
Que du point de vue de « reconnaître », justement,
Ou de « reconnaissance »,
Rien n’est facile.
Quand on veut éviter un mauvais chemin,
Passera-t-on par la reconnaissance d’un parcours ?  
Appeler un expert en poires
Pour la reconnaissance de la soif  
Et la reconnaissance d’un signe  
Permettra la connivence ?
La reconnaissance de la danse du ventre
Faut avoir un peu d’estomac
La reconnaissance d’un manque
Tenez, par exemple, la reconnaissance
Du centre en politique
Croyez-vous que ce soit aisé avec un Bayrou comme étendard ?
Ah, il faut bien reconnaître que non,
Reconnaître les faits
L’effet
Reconnaître les fées
Oui, les reconnaître
Ses torts ?
Les reconnaître, c’est fort,
Reconnaître ses petits
C’est grand
Reconnaître, et puis quoi encore ?    
Ses têtes ? Ses bêtes ? Ses fêtes ?
Non !
C’est « dettes »
Enfin, sans lunettes
Reconnaître les chiens
Ou bien sans se prendre pour Dieu,
Les siens,
Reconnaître les siens

Commentaires

  1. Un parcours de la reconnaissance que je n'aurais bien sûr pas imaginé et qui m'a fait sourire. Il me faut reconnaître que la reconnaissance est un parcours du combattant parce qu'avant de reconnaître, il faut connaître, se connaître, et ça... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je reconnais ton talent pour me faire reconnaître la beauté de la langue française. Je t'en suis très reconnaissance. ;-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  3. il faut l'admettre je n'reconnais plus personne en Harley Davidson même plus mes péchés ...y a t-il un expert en es-poire?

    RépondreSupprimer
  4. Disons simplement que je vous reconnais bien là.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire