Immobile


Nous vous emmenons sur les routes chiliennes.
Que vous préfériez la Patagonie
avec le magnifique glacier Serrano
ou les Moaïs mystérieux de l'île de Pâques,
vous avez une belle aventure à nous conter... 







Tu imagineras 
Peut-être quelques pistes intérieures
Celles d’un territoire que tu ne fouleras pas
Peuplé de gens que tu vois déjà
Mais ne rencontreras pas
Tu n’en auras pas les odeurs
De ce Chili arpenté et mental
Tu t’inventeras des parfums
De cordillère et d’océan

 Tu croiseras
D’autres chemins plus loin 
Iras-tu réveiller Allende
Ne pas oublier
Tu penseras aux libertés
Aux vies
Enfouies dans le désert d’Atacama
En écho le silence
Minéral 

Tu sentiras
Lueurs intermittentes tremblées
Une ombre planer, Neruda,
Qui s’étendra jusqu’à la Terre de Feu
Passeras-tu chez lui
Valparaiso
Pour répéter ses mots
« Si nous parcourons tous les escaliers de Valparaiso,
Nous aurons fait le tour du monde »

Tu n’oublieras pas
Le pas de côté, tu fileras à pleines traverses
Sur les pas de Vicente Huidobro
En essuyant ses vents contraires
Tu retrouveras les traces de Gabriela Mistral
Juste des traces :
Tu te souviendras qu’elle disait 
« Je préfère être la poussière avec laquelle vous jouez
Dans les chemins de campagne ».

Tu penseras
Peut-être aussi à Roberto Bolaño, rebelle, écorché
A ses détectives sauvages 
Et son gaucho insupportable
Et tu écouteras la voix de Nicanor Parra
Te chanter l’anti poésie :
Une tempête dans une tasse de thé ?
Un avertissement pour les jeunes poètes ?
Une danse au bord de l’abîme ?
 
Tu chercheras
Inlassable voyageur imaginaire
Au regard posé sur le paysage 
Les alerces, ces arbres millénaires
A leur vue
Peut-être t’arrêteras-tu comme suspendu 
Saisi d’un vertige de plus 3500 ans
Comme pétrifié
Et renvoyé dans les cordes du songe

Tu rêveras
Les yeux fermés, tu pousseras plus avant tes pensées
Voiles adossées au vent
Pour qu’apparaisse enfin l’île de Pâques Rapa Nui 
Le mystérieux rocher triangle
Ami dérobé homme oiseau
Et tu sauras peut-être  
Ce que protègent et veillent depuis des siècles
Les muettes sentinelles Moaï

Commentaires

  1. Grand texte, impeccable voyage en Poésie et à l'envers hémisphérique de notre monde habituel. Merci !
    La Taulière, totalement embarquée

    RépondreSupprimer
  2. Quel magnifique texte où s'entremêlent littérature, souffle du vent, poussière de terres lointaines. Mais Mister K, toi, est-ce que tu peux déjà me dire tout bas sur quoi veillent les merveilleuses sentinelles immobiles? Merci de ce souffle créateur qui m'a emporté, le temps de la lecteur, bien au-delà de mes montagnes. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très gentil chère Damalpine.
      Trop élogieux, et surtout très content que cela t'ait plu !

      Supprimer
  3. Quel beau texte ! Les mots sont ciselés comme les pics enneigés du Cerro Macá…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci camarade ! C'est trop d'honneur.
      De temps en temps je me désoulipote, je me désateliérise, je me décontrainte !
      Ou presque ;-).

      Supprimer
  4. Tu peux imaginer, je le sais, combien ce texte me comble!
    Une idée surgit...si j'essayais de le traduire en espagnol?
    Merci, beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colo, je ne suis pas surpris, non ;-)
      La traduction, expérience curieuse de se voir embarqué dans une autre langue ! Un truc auquel j'aurais jamais pensé.

      Supprimer
  5. Magnifique voyage où je me laisse embarquer ! Merci....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ginou, j'espère que cet embarquement a du bon !!!

      Supprimer
  6. Avec l'âge, j'invente plus que je ne voyage, les parfums comme les lieux ;)
    Un chemin paysagiste, politique et littéraire qui force le regard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Ghislaine.
      J'ai tenté de réunir différents aspects, en effet.
      Et puis le Chili de loin/ de près/ en vrai / ou dans la tête/ il y a des choses indélébiles auxquelles on pense presque instantanément !

      Supprimer
  7. Beau poème qui fait voyager…
    J'ai pensé (pourquoi?) à Marcel Thiry, "Toi qui pâlis au nom de Vancouver…"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tania, je complète ta référence que je découvre ainsi ! Le "tu" ...

      Toi qui pâlis au nom de Vancouver,
      Tu n'as pourtant fait qu'un banal voyage;
      Tu n'as pas vu la Croix du Sud, le vert
      Des perroquets ni le soleil sauvage.

      Tu t'embarquas à bord de maint steamers,
      Nul sous-marin ne t'a voulu naufrage;
      Sans grand éclat tu servis sous Stürmer,
      Pour déserter tu fus toujours trop sage.

      Mais qu'il suffise à ton retour chagrin
      D'avoir été ce soldat pérégrin
      Sur les trottoirs des villes inconnues,

      Et, seul, un soir, dans un bar de Broadway,
      D'avoir aimé les grâces Greenaway
      D'une Allemande aux mains savamment nues.

      (Marcel Thiry, Toi qui pâlis au nom de Vancouver, 1924)

      Supprimer

Publier un commentaire