A supposer 1 - duo

C'est la reprise du Duo de ces Pyramides.
Les Pyramides vous voyez, pas besoin de dessin mais le Duo, peut-être est-il bon de le rappeler...

Alors, allez donc voir ICI ce que mon acolyte à bandelettes alias LA Taulière de l'Appentis Saucier vous aura concocté sur le thème que nous avons traité chacun de notre côté sur une de ses propositions :
A supposer qu’on me demande ici ce qu’il y avait d’intéressant au courrier, ...
 



A supposer qu’on me demande ici ce qu’il y avait d’intéressant au courrier, je répondrais que, comme de plus en plus souvent,
il n’y avait rien du tout ou rien qui vaille vraiment, malheureusement,
rien que du fonctionnel selon notre vie passablement estampillée,
ou du publicitaire même si cela se réduit côté prospectus et promos, grâce à l’étiquette ad hoc apposée sur la boîte aux lettres,
pas même une de ces erreurs de distribution pourtant régulières alors que nous avons pourtant précisé plusieurs fois que non Jules Crochet -sic- n’habite toujours pas à l’adresse indiquée ni même dans la boîte aux lettres (j’ai regardé au fond),
en résumé rien de passionnant,
loin très loin de cette peuplade d’enveloppes qui encore ignorante de la déforestation investissait régulièrement la boîte,
objet alors à contenu partiellement imprévisible,
à coups de lettres, de factures d’électricité et de relevés de banque - c’était ainsi et c’était le facteur, c’était avant la dématérialisation comme on dit aujourd’hui, où le mot « ligne » renvoie à consulter à distance et non plus à lire sur une feuille de papier dépliée,
comme si un minimum strict, de plus en plus strict, peut-être avant le vide définitif, hormis de vagues avis de passages pour des colis, était la règle et l’usage,
loin de la carte postale qui nous transportait à sa réception, venue d’un ailleurs plus ou moins exotique et fruit d’une pensée assortie d’un superbe timbre qu’on gardait,  
loin du moment palpitant - car c’était le jour J -où enfant on savait que l’hebdomadaire illustré auquel on était abonné serait déposé,
et surtout  
loin de LA lettre qui, inattendue ou espérée, attendue ou inespérée, donnait à cette époque, toute sa valeur à l’attente, et qui nichée ou coincée au cœur de la boîte aux lettres, nous emmenait rêver au-delà du mystère de l’écriture manuscrite, de la couleur de l’encre, du cachet et du timbre présents sur l’enveloppe, une enveloppe que l’on ne décachetait parfois pas immédiatement, pour prolonger le plaisir, dans un entre deux teinté d’une appréhension douce et acidulée, et d’une satisfaction, d’un contentement paisibles d’avoir l’objet en main avec les promesses espérées à sa lecture,
et cette seule évocation me renvoie dans le temps, nos premiers temps, fondateurs et si doux, lorsque nous nous écrivions,
tu t’en souviens comme je m’en souviens,
oui je me souviens que je recevais du courrier ...
et c’est un peu comme si Perec avait pris la main dans ce paragraphe.   

Commentaires

  1. Un texte qui me renvoie agréablement vers ces boites, et lettres, que je ne voyais - ou vivais pas - tout à fait comme vous, mais qui étaient certes bien plus émouvantes que celles que nous voyons actuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre fille aînée qui a sans doute de qui tenir continue à adresser des cartes postales de ses voyages !
      :-)

      Supprimer
  2. Un duo au diapason pour cette première supposition pyramidale !
    Au chapitre des "je me souviens" : ces lettres maudites qui devaient constituer une chaîne et que vous étiez invités à renvoyer à 7 personnes de votre connaissance. Malheur à vous si vous ne vous exécutiez pas ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chaînes, exactement, tiens j'avais oublié !

      Supprimer
  3. Chérs Amis,
    Cette lettre est la 481e de la "Diagonale Jouet / Perec", a envoyée chaque fois à un nombre de corespondant compris dans la suite de Fibonacci entre 8 et 21. Si vous romper cette diagonale, les plus grands mahleurs vous arriverons, tels que nouilles trot cuite, patés sur votre papiers à lettres, pas de serviette dans la sale de bin quand vous sortez de la douche, raté une marche dans l'escalier. Brèffe, vous avé intéret de l'adressez à ce nombre secret d'ami et sallutations d'une amie qui se souci de votre santée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'ai bien ri.
      Une orthographe pas exactement au-dessus de tout soupçon ;-)

      Supprimer
    2. s'est pour respecté l'esspris de cette activitée. J'ai oublier d'écrir que si on envoi bien la lettre magique et bien on a de grands bonheurs, comme par exemple : rire et vue qu'on m'a toujour dis que sa prolonge la vie !

      Supprimer
  4. Gardons les derniers timbres, laissons sécher les pensées veloutées entre les pages de nos dico, renouvelons nos abonnements à notre magazine d'enfance... Chic manifeste pour de vraies lettres, je vois que nous sommes "raccord" sur l'intérêt du courrier :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, raccord, je n'en suis pas surpris.
      Il y a des recoupements dans nos textes respectifs, y compris dans l'esprit, et j'apprécie que chacun ait posé sa touche, ait traité l'affaire à sa main, c'est ce qui en fait le prix !
      Et le tien m'a vraiment scotché et emballé, sans référence colis !

      Supprimer
  5. De la nostalgie dans ce texte, comme celle que je ressens en lisant.
    Je me souviens des heures à guetter le facteur, attendant une réponse, qui parfois ou souvent tardait. Mais quand l'enveloppe, le papier fin et bleu enfin arrivaient...
    Souvenirs de belles enveloppes aussi, de papiers assortis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enveloppes et papiers colorés, de temps à autre nous recevons de l'artisanal, du fait main, d'adeptes de l'art postal ! Appréciable.

      Supprimer
  6. On ne s'envoie même plus de cartes postales mais des photos via whatsapp. Malgré l'absence de plus en plus flagrante de ces lettres chargées d'émotion, nous devenons de plus en plus timbrés. Dingue non? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Damalpine, nous voilà affranchis par autant de bons sens !
      ;-)

      Supprimer

Publier un commentaire