En deux temps et quelques mouvements

La météo ayant décidé semble-t-il de connaître quelques hauts et d'en finir pour un temps avec les bas, l'activité au jardin reprend ses droits.
En témoignait le précédent billet pourtant hautement digital.😉

Dimanche dernier donc, hop, surprise au matin, quand je fais mon petit tour à la fraîche dans notre immense domaine que j'ai pris l'habitude -allez savoir pourquoi - d'arpenter à pied.
Cette surprise du matin me revient à l'esprit lorsque, un peu plus tard dans l'après-midi, en pleins travaux de jardinage, je tombe sur un invité.

Je vous le présente :


Sans doute que le matin, c'était la maman hérisson ou le papa. 
Je ne connais pas leur mode de vie et je me suis renseigné ici , je vous recommande certaines phrases complètement poétiques surréalistes.
Je n'avais pas dérangé la bestiole qui pique et un peu plus tard, plus personne, elle avait fini par retrouver la haie ou les buissons...
L'invité lui s'est carapaté bien sûr, malgré nos efforts pour ne pas l'effrayer et quelques mètres plus loin, il y avait ... un frère ou une sœur, un congénère, un ami, un collègue du syndicat j'en sais rien je vous ai dit que j'étais pas bon en hérissons et bref il s'est barré aussi. 
Mais cela nous a fait penser que la tanière, le terrier, le nid, la piaule ou la guitoune étaient plutôt dans notre jardin, au cœur d'un grand buisson assez épais, propice à la cachette et à la tranquillité et qui offre de plus de l'ombre juste à côté du prunier. 

Ce n'était pas terminé, épisode 2, hier mercredi après-midi, suite de mes petits travaux jardinatoires, j'aperçois à découvert près du fameux buisson TROIS invités.
Je vous les présente :




Et là le mystère s'épaissit ( d'où l'expression mystère et boule de hérisson). Combien sont-ils ?
Sont-ils trois ou bien quatre si ce n'est cinq ?
Si je tiens compte des deux de dimanche, que je n'ai pas franchement reconnus hier, je dois envisager qu'ils étaient dans le lot. Ou bien un seul, ou pas du tout.
Quel feuilleton !

Bon je vous laisse avec l'un deux...
A suivre... peut-être... chut...   








Commentaires

  1. Oooh les beaux petitous !! J'ai une tendresse énorme pour les hérissons, par ailleurs très utiles jardiniers. Construis-leur vite un petit hôtel modeste (une brassée de fagots secs, empilés en désordre mais un peu serrés au-dessus, truffés de feuilles pour l'abri de chaleur et l'invisibilité par les prédateurs aériens), au pied d'une haie, avec un petit bol d'eau (au cas où il ne pleuve plus ha ha) ou mieux, une mini-mare enterrée (le même bol mais inséré dans la terre).
    Taulière nature !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les surveille. Que tout aille bien. Jeudi soir, ils étaient encore de sortie !
      Et les chats les laissent tranquilles !

      Supprimer
  2. Bonjour K, je me rends compte que je n'ai jamais croisé de hérisson de ma vie et je le regrette. Piquant à l'extérieur mais tout tendre à l'intérieur. Je craque pour ces bêtes qui marchent vite et qui sont très utiles. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Oh que j'aime ta promenade matinale, "à pied", les mystères qui l'entourent, les doux et nombreux picots pattés.
    La suite, nous voulons la suite...

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement la petite fiche pratique vaut son pesant en hérissons !!! Belle rencontre piquante et à mettre au pluriel. C'est très mignon les zérissons. Et contrairement à la fiche théorique sus-nommée, de mémoire d'Espiguette, ça se carapate très loin et plutôt vite ces petites bêtes. Ca s'apprivoise aussi assez facilement, et du coup, ça peut se laisser caresser. Pourquoi caresser un hérisson me direz-vous? Parce que ça a une bonne tête et que ça épate les chats ! Bon, à suivre alors ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai j'ai remarqué qu'ils avancent très vite. C'est heureux pour eux !
      Même si au jardin, nos chats les laissent tranquilles.

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup les hérissons. Ma mère en avait ramené un quand j'étais petite, il avait été aveuglé par les phares de la voiture et tout perdu, on l'a mis dans le jardin. Dont il est naturellement parti ! Dans un autre lieu nous en avions aussi trouvé un qui se mettait en boule mais nous l'avons vite séduit en lui présentant de succulents lombrics que nous cherchions pour lui, et il se déroulait amoureusement, demandant "encore!" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faudra tenter l'expérience lombric !!!

      Supprimer

Publier un commentaire