samedi 21 avril 2018

Impromptu... !

Je me lance, ce sera occasionnel.
Le principe ?  A lire ici !

Voici ma contribution :


Civil

C’était une ville
Comme il y en a cent comme il y en a mille.
Ne restait que le vent suspendu à un fil
Le linge qui y séchait était parti en exil
Disparu ? évanoui ? dérobé ? ou en pile
Dont la blancheur des draps obnubile 
Était-ce des fantômes maintenant la ville ?
Non, regardez, au milieu du boulevard se profile
Un jardinier amoureux qui se faufile
Un paquet à la main il jubile
A la pensée de ce rouge à lèvres pour celle dont il est l’il

Tout ceci se passait avant la naissance de Gilles.

10 commentaires:

  1. IL est habile le poète qui file sa rime gracile...

    RépondreSupprimer
  2. La poésie des villes tapinait la nuit au milieu des trottoirs.
    Rouge à lèvres incendiaire,sous un réverbère, elle attendait son jardinier amoureux .
    Quant il arriva, les bras chargés de fleurs de bitume, ils se racontèrent les flâneries des nuages et les causeries des vents.
    Et les habits volés sur le fil d'étendage.
    Le reste est affaire privée et ,somme toute, heureuse.
    Car c'est ainsi que naquit la philo-poésie
    Bien avant la naissance de Gilles ...Deleuze.

    plouf! plouf! exercice du matin , tsoin, tsoin!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien quand tu prends la balle au bond !

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci Caphys !
      On fait ce qu'on peut !

      Supprimer
  4. Une façon subtile
    de nouer le fil...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue et merci.
      A vrai dire, je l'ai réalisé impromptu, volontairement très vite !

      Supprimer
  5. On aimerait bien tous écrire vite, tu le dis, et si si joliment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, c'est juste que ça s'emboîte bien.
      Très vite ici, allez trente minutes maxi !

      Supprimer