mercredi 7 mars 2018

Sont-ce sons ?



La quinzaine annoncée ici le 4 mars s'engage bien.
Je profite du rythme (un jour sur deux, un texte choisi) pour aller du côté des blancs et des marges les autres jours. 
Après Bonnaffé, et avant une petite revue de ce qui se trame sur les blogs question poésie et poètes,  pour aujourd'hui ça donne ceci .

Le printemps des potes
Printemps dépote
Mon pote
époussette le printemps 
Prête un poète au printemps
Un poète
Lisboète ?
Qui rame et qui rime
Prends ton poète pimpant
Prends ton temps fringant
Tu improvises tu apprivoises 
Te voici au pied de la lettre 
Mets les pieds dans les mots
avec tes mains 
les vers à la main c'est le pied
Tu chausses du 26 
ô pauvre oralphabète  
Tu écris tôt
« Dépôt des poètes »
Des peaux des poètes
Ça rime à rien
Ça rime ici
Ça rime ailleurs
Ça sonne
Entrez

4 commentaires:

  1. Ça donne un peu le vertige, ou plutôt une sorte d'ébriété, comme après une bière forte, bue trop vite sur une terrasse au moins d'août. Et on se sent bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La bière, lentement, tu fais bien de le préciser !
      ;-)

      Supprimer
  2. C'est bizarre finalement, la poésie. De plus en plus de personnes en écrivent et de moins en moins de personnes en lisent...
    Faudrait peut-être faire des pubs avant le journal de 20 heures avec des slogans qui frappent ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai aucune idée des pratiques ni dans un sens ni dans un autre.
      La pub ? Faudrait s'assurer que le journal de 20h est regardé ... ;-)

      Supprimer