Certaines heures pâles de la nuit...





Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles
A certaines heures pâles de la nuit
Près d'une machine à sous, avec des problèmes d'hommes simplement
Des problèmes de mélancolie
Alors, on boit un verre, en regardant loin derrière la glace du comptoir
Et l'on se dit qu'il est bien tard...

Richard, ça va?

Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi
Accoudés à ce bar devant la bière allemande
Quand je nous y revois des fois je me demande
Si les copains de ces temps-là vivaient parfois

Richard, ça va?

Si les copains cassaient leur âme à tant presser
Le citron de la nuit dans les brumes pernod
Si les filles prenaient le temps de dire un mot
A cette nuit qui les tenait qui les berçait

Richard, ça va?

A cette nuit comme une sœur de charité
Longue robe traînant sur leurs pas de bravade
Caressant de l'ourlet les pâles camarades
Qui venaient pour parler de rien ou d'amitié
 
Nous avons eu nos nuits
comme ça moi et moi
Accoudés à ce bar devant la bière allemande
Quand je nous y revois des fois je me demande
Si les copains de ces temps-là vivaient parfois
 
Richard eh! Richard!

Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles
A certaines heures pâles de la nuit
Près d'une machine à sous avec des problèmes d'hommes, simplement
Des problèmes de mélancolie
Alors on boit un verre en regardant loin derrière la glace du comptoir
Et l'on se dit qu'il est bien tard... 
il est bien tard

Richard! encore un p'tit pour la route?

Richard! encore un p'tit vite fait pour la route?

Eh! monsieur Richard le dernier ! Pour la route ! 


Commentaires

  1. Un très beau texte auquel la grandiloquence de l'orchestre fait perdre de sa force, je trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une version en public, sans orchestre, accompagnement piano.
      Titre présent dans le mythique "Seul en scène" enregistré à l'Olympia en 72.

      Supprimer
  2. C'est un des plus beaux textes de Léo Ferré. Force et désabusion s'y côtoient ! Et on se dit qu'il est bien tard!

    RépondreSupprimer
  3. MAis jamais trop tard pour l'apprécier, le faire connaître, se le rappeler !

    RépondreSupprimer
  4. Superbe !
    Je l'ai toujours associée dans ma mémoire avec la solitude :
    "La lucidité se tient dans mon froc !
    Dans mon froc !"
    (Sans raison, précise : c'est comme ça.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil !
      Fulgurances.
      Et puis La solitude, et aussi la mémoire et la mer, Words words words ...

      Supprimer
  5. L'une des chansons les plus terribles de Léo.

    RépondreSupprimer
  6. Terrible pour mpoi parce que je la tiens pour une des plus belles du Ferré tardif. Elle me parait en dire tant sur l'incompréhension qui s'installe, sur les regrets, sur l'amitié. Pourtant chez ce Ferré un peu tardif pas mal de chansons me laissent de marbre. Pour être juste pas mal aussi m'enthousiasment.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire